Centrafrique : les violences refont surface, un homme tué à coups de machette

Les violences ont refait surface en Centrafrique. Ce jeudi, des heurts ont éclaté entre les différentes milices. Cela survient après la petite accalmie imposée par les soldats français, suite à la vaste opération de désarmement à Bangui, la capitale centrafricaine.

La tension est remontée, ce jeudi, en Centrafrique. Des heurts se sont à nouveau produits entre les différentes milices. Selon le constat fait par un journaliste de l’AFP, dans le quartier PK-5, à majorité musulmane soutenant la Séléka, un homme a été tué à coups de machette. Le site précise que cet homme, à moto, était allé acheter des poulets, lorsqu’il a été intercepté par des musulmans qui lui ont administré beaucoup de coups de machette, avant de l’abandonner, gisant dans une marre de sang. Sa moto aurait été incendiée quelques mètres plus loin.

Ce regain de violence intervient au moment-même où l’on craint une crise humanitaire en Centrafrique. En effet, ce jeudi matin, le Premier ministre Nicolas Tiangaye, interpellé par RFI, évoquait « plus d’un tiers de la population menacé de famine. Les populations ont eu peur d’aller aux champs pour cultiver ». Ce qui, pour lui, aura des incidence certaine sur la vie des populations. « La crise alimentaire est certaine, si rien n’est fait dans les plus brefs délais », a déclaré le chef du gouvernement.

Ce jeudi matin, ils étaient au moins 45 000 personnes massées aux abords de l’aéroport pour bénéficier de la protection de l’armée française. Quelques tentes y ont été dressées, mais la plupart demeuraient à la belle étoile, fuyant les exactions des ex-rebelles de la Séléka. Les organisations humanitaires trouvent la situation aux abords de l’aéroport alarmante. Elles évoquent de possibles risques d’épidémies.