Centrafrique : les musulmans de Boda dans l’étau des anti-balaka

La population musulmane de la ville minière de Boda, qui vit habituellement de l’extraction du diamant, se trouve encerclée par les anti-balaka qui plus que jamais sont décidés à chasser les musulmans du pays.

La population musulmane de la ville minière de Boda, qui vit habituellement de l’extraction du diamant, se trouve encerclée par les anti-balaka qui plus que jamais sont décidés à chasser les musulmans du pays.

Boda qui se trouve à 115 km environ à l’ouest de la capitale, Bangui, témoigne, selon l’AFP du chaos qui règne en Centrafrique depuis que le pays a basculé après le renversement de l’ancien Président François Bozizé.

Les chrétiens sont formels : ils ne peuvent plus vivre en harmonie avec les musulmans. Et pour eux, le mieux est que ces derniers s’en aillent. Pour les chrétiens, quitte à attendre une éternité, mais « les musulmans doivent partir »

Chez les musulmans, des drapeaux français aux fenêtres, mais aussi une banderole remerciant les troupes de l’opération Sangaris sans lesquelles, leur sort aurait pu être bien pire, relève l’AFP. Une chose est certaine, les violences en Centrafrique ont atteint un niveau trop élevé, au point que certains observateurs craignent un génocide.

L’ONU a compte déployer un contingent fort de 12 000 Casques bleus, mais d’ici leur arrivée, tout est possible en Centrafrique où, Sangaris et MISCA font tout leur possible pour empêcher le pire. Surtout que le Tchad a retiré l’intégralité de son contingent fort de quelque 1 000 hommes.