Centrafrique : la Fondation Espoir offre des jouets aux enfants démunis

En Centrafrique, de nombreux enfants n’ont pas la chance de recevoir des cadeaux de Noël en raison du manque de moyens de leurs parents. La fondation Espoir a décidé d’y remédier. Elle a offert des jouets et de multiples cadeaux aux enfants démunis, le 22 décembre 2012, au Parc du cinquantenaire, à Bangui.

Les enfants de Centrafrique méritent d’être honorés à Noël. Or, il s’est avéré que dans ce pays, plusieurs d’entre eux n’ont jamais pu profiter de cette traditionnelle réjouissance, faute de moyens de leurs parents. Depuis maintenant deux ans, la Fondation Espoir a décidé d’y remédier pour que les plus petits puissent retrouver le sourire le jour de Noël.
Elle a offert des jouets et de multiples cadeaux aux enfants démunis, le 22 décembre 2012, au Parc du cinquantenaire, à Bangui. L’évènement a eu lieu au Parc du cinquantenaire, où 130 enfants venant des huit arrondissements de la ville de Bangui et des communes de Bégoua et Bimbo ont bénéficié de jouets et cadeaux.

En 2011, la première édition d’offre de jouets aux enfants démunis a été organisée par la fondation Espoir dans l’enceinte du Centre de la mère et de l’enfant. A cette occasion, 40 enfants démunis dont l’âge varie entre 5 à 10 ans, ont bénéficié des jouets pour jouir de la circonstance avec leurs pairs.

Les enfants des zones de conflits absents

Selon Socrate Bozizé, l’un des fils du président François Bozizé, il était aussi primordial que la deuxième édition de cette action de la fondation Espoir soit organisée à l’intention des enfants des villes des provinces, affectées par les rébellions. Il s’agit des enfants de Sikekédé, de Gordil, de Tiringoul… Toutes les démarches ont été faites. Un avion a même été affrété pour amener ces enfants à Bangui. Malheureusement, suite à la situation tendue qui prévaut encore dans cette partie du pays, l’opération de voyage des enfants a dû être annulée. Finalement, seuls les enfants démunis de la capitale ont pu bénéficier de cette offre.

Toutefois, quand bien même à distance, Socrate Bozizé a dédié cette 2ème édition aux enfants des zones de conflits et compte tout mettre en oeuvre pour qu’ils bénéficient de la troisième édition.