Centrafrique : l’armée française à la traque des anti-balaka

Les forces françaises déployées en Centrafrique ont lancé ce mardi matin une opération militaire à Boy-Rabe, quartier nord de Bangui et bastion des milices chrétiennes, les fameuses anti-balaka.

Les forces françaises sont toujours à la traque des milices armées responsables des violences dernièrement dans la capitale centrafricaine Bangui. Ce mardi matin, elles ont lancé une opération, toujours en cours, à Boy-Rabe, quartier nord de Bangui, et bastion des milices chrétiennes, les fameuses anti-balaka, a indiqué une source militaire française.

Le quartier de de Boy-Rabe, situé dans le nord de la capitale centrafricaine, est un fief de l’ancien Président François Bozizé, renversé en mars 2013, par l’ex-coalition Séléka, qui était dirigée par l’actuel Président du pays, Michel Djotodia. Et c’est dans ce quartier que de nombreux miliciens « anti-balaka », en confrontation avec les ex-rebelles de la Séléka, sont basés. Les anti-balaka ont perpétré dernièrement de nombreuses attaques contre les civils musulmans. Ces massacres particulièrement atroces ont ensanglantés la capitale Bangui et fait monter la tension d’un cran.

C’est à la suite de ces massacres que les forces françaises ont été déployées en urgence avant que la situation ne devienne incontrôlable, argue Paris, qui a régulièrement évoqué un risque de génocide. L’objectif, selon le Président français François Hollande, est de mettre un terme aux tueries et organiser rapidement de nouvelles élections dans le pays. Malgré la présence des troupes françaises, les violences se poursuivent en Centrafrique, même si elles ont baissé en intensité.