Centrafrique : des milliers de réfugiés envahissent le tarmac de l’aéroport Bangui M’poko

C’est le chao en Centrafrique. Plus rien n’est contrôlé. Les quelques efforts de reconstitution de l’Etat entamés dans ce début de transition sont réduits à néant. Cette fois, à Bangui, la nouvelle flambée de violences qui s’est éclatée depuis jeudi dernier a plongé Bangui dans la pire des catastrophes.

Il s’agit d’une attaque de la ville par les milices d’auto-défense appelés Anti-balaka, alors que la séléka oppose une résistance aveugle à cette attaque en tirant sur tout ce qui bouge, terrorisant ainsi la population qui est contrainte à se déplacer. Le tarmac de l’aéroport international de Bangui M’Poko est envahi.

Ils ont accouru de tous les coins de la capitale Bangui, du moins dans les zones prises pour cible par la répression séléka, pour occuper depuis jeudi dernier, l’aéroport international Bangui M’Poko. Il s’agit des habitants des quartiers Boye-Rabe, Fouh, Gobongo, Boeing et une partie de Miskine, ainsi que le quartier Combattant considéré par la séléka comme les poches des milices Anti-balaka. Ces quelques milliers d’habitants fuient les représailles des éléments de l’ex-coalition rebelle de la séléka, qui malgré au pouvoir continuent de briller dans les actes odieux de barbarie contre la population qu’ils sont sensés protéger.

En effet, depuis jeudi dernier vers 3 heures du matin où les Anti-balaka ont attaqué à Bangui, et bien que ces milices aient stoppé leur combat quelques heures après avoir cassé la porte de la prison centrale de Ngaragba, la séléka elle, continue de terroriser la population. Les éléments séléka croient seulement que les milices se sont dissimulés parmi la population et donc, aveuglement, ils tirent sur tout sujet non musulman en promenade sur leur chemin. Ils ont même initié des opérations porte-à-porte d’exécution des personnes vers PK12 et PK13 à la sortie nord-est de la capitale, sur la route de Damara et Boali, même dans certains quartiers de la ville.

Sur le tarmac de l’aéroport international de Bangui M’Poko, ils sont des milliers de réfugiés. Car, il n’y a que deux options : se terrer chez-soi à la maison; soit fuir carrément son domicile pour se réfugier à l’aéroport sous la protection de l’armée française. Il faut signaler que beaucoup ont opté pour le deuxième choix. Ils ont envahi l’aéroport, non pas cette fois pour prouver leur mécontentement, mais plutôt pour bénéficier de la protection des forces françaises qui y sont basées.

Les centrafricains ont seulement confiance, du moins pour l’instant, à l’armée française de la mission Sangaris déployée dans le pays dont ils ne cessent aujourd’hui de saluer la présence, afin de les protéger contre les « engins de la mort » de la séléka.
Entre temps sur le tarmac, les réfugiés se sont vus obliger de développer des mécanismes de survie, à travers les petites activités de commerce, d’entraide, etc. Cela ne suffit pas pour assurer la survie des réfugiés qui ne dorment d’ailleurs à la belle étoile sur des pagnes ou des nattes de fortune. Cela ne suffit pas également puisque depuis neuf mois de crise, l’économie familiale a pris un coup fatal. Le centrafricain n’a pas les reins pour supporter une crise de plus. C‘est pourquoi la faim et la soif à l’aéroport risquent d’alourdir le bilan officiel de ces trois derniers jours évalué par la Croix-Rouge à quelque 394 morts.

Faut-il signaler que depuis ces trois jours seul Médecins Sans Frontière intervient à l’aéroport pour secourir en matière de santé. D’où cet urgent appel à toutes les institutions humanitaires et des personnes de bonne volonté de voler, une fois de trop, au chevet des réfugiés de l’aéroport, ainsi que ceux du Monastère et de certaines églises et mosquées à Bangui.