Centrafrique/Casques bleus : de nouvelles accusations d’agressions sexuelles

En Centrafrique, de nouvelles accusation d’agressions sexuelles commises par des Casques bleus contre des femmes et des jeunes filles ont vu le jour. Deux des cinq femmes agressées seraient tombées enceintes.

Nouvelles allégations d’agressions sexuelles commises par des Casques bleus contre des femmes et des jeunes filles, en Centrafrique. La mission de l’ONU dans ce pays d’Afrique Centrale (MINUSCA) est encore sous le feu des projecteurs d’autant que, selon un responsable de l’ONU, deux des cinq femmes agressées sont tombées enceintes.

S’exprimant sous le couvert de l’anonymat, le responsable onusien, qui a précisé que les agressions ont duré plusieurs mois, a indiqué que « la MINUSCA a été informée aujourd’hui (ce mercredi) d’allégations concernant cinq femmes qui ont eu des relations sexuelles avec des Casques bleus. Trois d’entre elles ont moins de 18 ans ».

Une équipe de la MINUSCA est attendue, ce jeudi, à Bambari, dans le nord de Bangui, pour collecter des informations concernant ces allégations qui impliqueraient des soldats de la République démocratique du Congo.

Ce n’est pas la première fois que la MINUSCA fait l’objet d’allégations similaires d’agressions sexuelles commises, notamment contre des mineures. A la mi-septembre, dix-sept cas d’accusations d’exploitation ou d’abus sexuels visant le personnel civil ou militaire de l’ONU en Centrafrique avaient été signalés à la MINUSCA. La plus jeune victime citée avait 11 ans.

Le chef actuel de la MINUSCA, le Gabonais Parfait Onanga-Anyanga, qui a promis de prendre « rapidement des mesures appropriées si ces allégations sont confirmées », a « condamné de tels actes qui sont complètement inacceptables ».