« Casablanca », au Maroc de Vichy avec Humphrey Bogart

Le film Casablanca est un mélodrame américain réalisé par Michael Curtiz en pleine Seconde Guerre mondiale, dont l’histoire se déroule au Maroc, alors sous domination vichyste. Chef-d’œuvre du cinéma, récompensé par trois Oscars en 1944, il constitue un acte militant en soutien à la France combattante.

Rick Blaine, joué par Humphrey Bogart, est un Américain expatrié à Casablanca, alors que le Maroc est sous le régime de Vichy. Il est propriétaire du Rick’s Café Américain, un night-club huppé qui attire autant les Allemands que les résistants français et européens. Ugarte, un petit délinquant, a en sa possession des « lettres de transit » qui peuvent permettre de voyager librement vers le Portugal afin de rejoindre les Etats-Unis. Ce dernier a donné rendez-vous à des personnes au club afin d’effectuer la transaction. Il y est finalement attendu par la police vichyste, mais parvient à confier les lettres à Rick avant d’être exécuté lors d’une fuite.

Ilsa Lund, jouée par Ingrid Bergman, l’ancien grand amour de Rick, est mariée à un résistant tchèque du nom de Laszlo à la recherche des lettres de transit. Le clandestin tchèque, interprété par Paul Henreid, rencontre Rick qui refuse dans un premier temps de l’aider avant de se lancer dans l’aventure. Un scénario qui, en plus d’être une belle histoire d’amour et d’action, cherchait à prouver que malgré la collaboration, malgré la complaisance envers l’Allemagne, une partie des Français résistait et demeurait fidèle aux idéaux républicains :

Un film militant à succès

Le tournage du film, produit par la Warner Bros, a eu lieu du 25 mai au 3 août 1942. Il intervient à une époque où toute l’Afrique du Nord, sous la domination du maréchal Pétain, collabore avec l’Allemagne hitlérienne alors que la résistance gaulliste s’active à partir de l’Angleterre et des colonies.
La commercialisation du film tombe à la même période que la conférence de Casablanca, pendant la reconquête de l’Afrique du Nord par les troupes alliées. Le but des Alliés est alors de se concerter sur l’invasion de l’Europe depuis l’Afrique, tout en réconciliant la France de de Gaulle et celle des hommes de son rival, Henri Giraud. Casablanca dispose donc d’une publicité gratuite grâce à la conférence, mais le film n’est pas projeté en Afrique du Nord afin de ne pas froisser les autorités vichystes, avec qui les Américains pensent pouvoir encore négocier.

Cela n’empêche pas le film d’être diffusé aux Etats-Unis en 1943 et de remporter trois Oscars en 1944, devenant l’un des plus grands succès cinématographiques de l’année. Il doit attendre la fin de la Seconde Guerre mondiale pour être intégralement projeté en Europe. Ce monument du cinéma devient dans les années 1950, l’un des plus grands succès de la Warner, et l’un des films les plus diffusés à la télévision dans les années 1970. Témoignage historique romancé, qui n’a jamais perdu de son succès, Casablanca est en effet, comme le disait W.R Burnett, « Vrai hier, vrai aujourd’hui, vrai demain ».

Lire aussi :

 Pension militaire : le Maghreb sur un pied d’égalité avec la France

 Les Bougnoules du Palais Bourbon

 Libération de Paris : les Alliés ont écarté les soldats noirs sur requête de de Gaulle