Carton rouge contre le travail des enfants

Roger Milla entouré des cartons rouges contre le travail des enfants

Le monde célèbre ce lundi la Journée contre le travail des enfants. Pour marquer le coup, le Bureau international du travail lance pour la quatrième année consécutive sa campagne « Carton rouge ». Un appel destiné à souligner que si l’exploitation infantile recule, elle n’a pas totalement disparue.

« La fin du travail des enfants : ensemble nous pouvons le faire ! » C’est le thème de la quatrième Journée mondiale de lutte contre l’exploitation infantile, qui se tient ce lundi. Une journée qui s’inscrit dans le cadre de la campagne mondiale « Carton rouge au travail des enfants », menée de concert par le Bureau international du travail (BIT) et la Fédération internationale de football. Une campagne qui aurait déjà sensibilisé des millions de personnes à travers le monde.

Des manifestations dans une centaine de pays

Plusieurs manifestations sont prévues dans une centaine de pays pour marquer cette Journée. Selon un communiqué du BIT, une marche est prévue à Port-au-Prince (Haïti), des moulinets à vent seront distribués au Brésil alors que l’Ethiopie abritera un concours artistique. En Suisse, l’ancien footballeur camerounais Roger Milla, des personnalités sportives et des représentants de travailleurs et d’employeurs lanceront un appel en faveur de la lutte contre le travail des enfants.

« Etant enfant, j’ai eu la chance de ne pas être exploité comme certains le sont d’aujourd’hui. Quand je vois des enfants malmenés, maltraités qui font des travaux d’Hercule, ça me chagrine et ça me fait peur. Des enfants qui travaillent dans les mines, âgés de 6, 7 ou 8 ans, qui sont au quatrième sous-sol et qui portent des charges de 40 ou 50 kilos ne peuvent pas grandir comme il faut et avoir une bonne respiration », a pu confier Roger Milla à Afrik, juste avant l’ouverture de la Journée en terre helvétique.

« L’exploitation infantile a reculé de 11% »

L’ambassadeur du Programme commun des Nations Unies sur le VIH/sida (Onusida) pour l’Afrique est très impliqué dans la lutte. Cela fait « six ou sept ans » qu’il collabore avec le BIT pour combattre le travail des enfants. « Lorsque le BIT m’appelle pour participer à un événement, j’y cours. Cela m’a poussé à créer Terre d’Afrique/Fondation Roger Milla pour venir en aide aux enfants maltraités et exploités », précise Albert Roger Miller, de son vrai nom, qui a glané deux fois le titre de ballon d’or africain.

Avant un match amical entre les filles d’un club de football suisse et une école internationale, Roger Milla shootera symboliquement dans un ballon. L’idée est de marquer l’opposition ferme aux pires formes de travail des enfants. Une exploitation qui recule, selon le rapport annuel du BIT intitulé « La fin du travail des enfants : un objectif à notre portée ». « Pour la première fois, y est relevé un déclin du nombre d’enfants au travail dans le monde : ils étaient 246 millions en 2000, contre 218 millions en 2004, soit une baisse de 11 pour cent », résume le communiqué du BIT. Des progrès encourageants mais, comme conclut Roger Milla, « il faut que le travail des enfants disparaisse ».