Carlos Alberto, un afrobrésilien à sa place

Il existe encore jusqu’à présent dans notre société des lieux et des postes que l’on peut rarement voir ou imaginer être occupés par un noir.

Certaines exceptions à ce qui semble être la règle existent cependant, comme c’est le cas du Ministre du Tribunal Supérieur du Travail, Carlos Alberto Reis de Paula. Un noir de 63 ans qui a réussi là où la majorité des noirs brésiliens échouent.

Mais la conquête de Carlos Alberto, comme il l’affirme lui-même est due à une opportunité qui est apparue sur la trajectoire de sa vie. Carlos Alberto est né à Pedro Leopoldo, région métropolitaine de Belo Horizonte, en 1944.

À 15 ans, il alla étudier au séminaire archidiocésain de Belo Horizonte, où il obtit une des meilleures formations existantes à l’époque.

« J’ai passé deux années au niveau classique, dans le temps , l’enseignement moyen était appelé classique, j’ai fait trois années de philosophie et deux de théologie« .

Deux ans avant d’être ordonné prêtre, Carlos Alberto quitte le séminaire et entre à la faculté de Droit de l’Université Fédérale de Minas Gerais.

En 1970 après sa formation, il commence à exercer en tant que avocat. Pendant qu’il étudiait le Droit, il donnait des cours au collège d’état de Pedro Leopoldo pour pouvoir continuer ses études. Ce qu’il fit jusqu’à 1974, lorsqu’il fut reçu au concours du Tribunal des Tribunal des Contes de l’Union. En 1979 , il devient juge et en 1993 pour ses mérites, il est promu au Tribunal Régional du Travail. En 1998, il est nommé ministre du Tribunal Supérieur du Travail (TST).

« Je n’avais jamais imaginé cela, je vous confesse que la vie des gens est faite de surprises« , raconte le ministre.

C’était la première fois qu’un noir occupait le poste de ministre du TST. Carlos Alberto souligne l’importance du mouvement noir et de la Fondation Culturelle Palmares/MinC dans cette conquête. « Les mouvements noirs du Brésil entier, de Belo Horizonte, Rio, São Paulo et la Fondation Palmares, à l’époque présidée par Carlos Alves de Moura, étaient à nos côtés à cette époque en nous donnant un soutien qui fut d’une très grande pertinence« , raconte-t-il.

Mais le ministre Carlos Alberto sait qu’il est une exception et qu’un noir affronte beaucoup plus d’obstacles pour atteindre les postes supérieurs dans la société.

« Il doit s’affirmer non seulement en termes de qualité, il doit chercher à être un professionnel qui travaille dans les mêmes conditions que les meilleurs professionnels qui ne sont pas noirs, et il doit dépasser le préjugé selon lequel parce qu’il est noir, il est dans une situation inférieure « , observe le ministre.

Carlos Alberto tient à souligner qu’il a atteint ce poste uniquement parce qu’il a eu l’opportunité d’étudier au séminaire. « J’ai déjà entendu des collègues à moi, qui ont même été publiés dans un journal qui disaient que ce problème de discrimination n’existe pas, car aujourd’hui, notre collègue ministre Carlos Alberto a été promu à une très haute fonction et il est noir« , raconte-t-il. « J’ai été nommé à cette fonction de ministre précisément parce qu’on m’a donné la possibilité de me qualifier« , explique-t-il.

L’inégalité des chances de qualification, pour le ministre est un des principaux problèmes qu’affrontent les noirs. « Ce que je veux, quand je m’exprime auprès de ceux qui comprennent et qui sont sensibles au problème des noirs, c’est que les noirs fassent des étdes, se qualifient pour devenir de bons professionnels« , affirme-t-il.

Carlos Alberto est emphatique lorsqu ‘il affirme que la société brésilienne est raciste. « Il suffit de sortir les données sur la présence des noirs à l’école, la présence hautement significative des noirs dans les pénitenciers, ce qui signifie que le noir, normalement est marginalisé et est traité comme un marginal « , indique-t-il. Il poursuit : « au Brésil, qui compte presque 50% de noirs, noirs et métisses compris du point de vue statistique, vous ne trouverez pas cette proportion en terme de fonctions importantes, de fonctions de direction au sein du gouvernement« .

Carlos Alberto souligne également l’importance du respect de la diversité culturelle du Brésil . « L’important est de faire que la culture du noir soit respectée par la société et s’intègre comme un élément qui démontre la richesse de peuple brésilien lui-même« , conclue le ministre.

Répondant à l’entrevue avec une grande disponibilité, le ministre, qui est également professeur à l’Université de Brasília, dit avec conviction ce qu’il pense: « Ce que nous voulons réaliser, c’est que nous avons des droits égaux Par conséquent, nous devons avoir des chances égales« .