Cap Vert : Pedro Pires remporte les élections présidentielles

Le président sortant du Cap Vert, Pedro Pires, a remporté l’élection présidentielle qui s’est déroulée dimanche dans l’archipel. Il obtient 51,1% des voix contre 48,9% pour Carlos Veiga, son unique rival, a annoncé lundi la Commission nationale des élections (CNE). Un épilogue qui n’est pas sans rappeler celui des présidentielles de 2001.

Par Morad Ouasti, avec Panapress

Pedro Pires rempile pour cinq ans. Le président sortant, candidat du Parti africain pour l’indépendance des îles du Cap Vert (PAICV), a obtenu 51,1% des suffrages dans les présidentielles du 12 février dernier, a annoncé mardi la Commission nationale des élections (CNE). Cela représente 86 676 voix, contre 82 857 pour son seul adversaire, Carlos Veiga, soutenu par le Mouvement pour la démocratie (MPD), la plus grande formation de l’opposition. 3 800 voix, c’est beaucoup plus que les douze qui lui ont donné la victoire en 2001 contre le même challenger. La confirmation de sa victoire était alors survenue dix jours après l’annonce des résultats.

Le 22 janvier, le PAICV a remporté les élections législatives en obtenant 55,28% des suffrages, soit 41 sièges sur les 72 que compte l’Assemblée nationale. Le MPD est arrivé deuxième en recueillant 44,02% des voix, mais a déposé une plainte auprès de la Haute cour de justice pour fraude électorale.

Une situation économique précaire

Sur les 323.594 électeurs inscrits, 171.591 citoyens capverdiens ont accompli leurs droits civiques, ce qui représente un taux d’abstention de 46,93%, contre 41% en 2001. Pedro Pires fait aussi bien que Mascarenhas Monteiro, Président élu en janvier 1991 à l’issue des premières élections pluralistes du pays, puis réélu en février 1996. Le MPD, dont le président a été Premier ministre sous Mascarenhas, a depuis laissé la présidence et la majorité parlementaire au PAICV, ne remportant que les municipales (11 des 17 municipalités) en mars 2004.

Pour son second mandat, Pedro Pires, doit faire face à une situation économique précaire. Malgré une relative stabilité politique, en 2002, 36% des Capverdiens vivaient en dessous du seuil de pauvreté. Le Cap Vert occupe la 105e place sur une liste de 150 pays dans le classement de l’indice de développement humain établi par l’Onu. Il devance l’Afrique du sud et se place derrière Maurice et la Tunisie. Le pays continue son processus de libéralisation, ainsi que son rapprochement avec les Etats-Unis. Washington est intéressé par les considérables ressources pétrolières offshore qui sommeilleraient dans les eaux territoriales du Cap Vert.