Cap Togo : des nouvelles fraîches de Kpalimé

Les membres de Cap Togo, l’ONG française qui a construit une bibliothèque à Kpalimé en 1999, viennent d’adresser à Afrik.com les premières notes de leur séjour actuel. Où il apparaît que professeurs et élèves pâtissent d’une situation sociale détériorée.

Nous avions présenté, il y a quelques jours, le projet de l’ONG française Cap Togo d’établissement d’une bibliothèque publique à Kpalimé, la seconde plus grande ville togolaise. L’équipement, construit depuis un an et utilisé par les collégiens, s’ouvre désormais à l’alphabétisation des plus jeunes.

Une équipe de Cap Togo est actuellement à Kpalimé. Venue initialement pour mettre en place cette seconde étape, elle a découvert une réalité plus complexe que prévue. Les mouvements sociaux enseignants du début d’année ont fait prendre tellement de retard au programme que l’année scolaire va être rallongée jusqu’en octobre !

Pierre Antebi, l’un des volontaires de Cap Togo, nous donne sa version des faits :  » Une grève des professeurs auxiliaires (soit l’immense majorité des enseignants) durait depuis janvier 99. (…) Si la grève a pris fin en décembre c’est uniquement par le limogeage et le remplacement des grévistes par les autorités (qui leur avaient lancé un ultimatum préalablement). Un examen national de recrutement a permis d’anéantir des revendications salariales (salaires payés avec plusieurs mois de retard) et de titularisation (seuls les titulaires bénéficient d’une retraite digne de ce nom). Tous les nouveaux professeurs sont naturellement des auxiliaires, mais surtout leur contrat de travail leur interdit de faire grève. « 

Changement de programme

Depuis,  » les effectifs pléthoriques et la crainte de nouvelles grèves dans les écoles publiques ont incité nombre de parents à inscrire leurs enfants dans des instituts privés. Un mécanisme de vases communicants s’est donc installé : les élèves du public allant dans le privé et permettant ainsi l’embauche dans ce secteur de certains professeurs ayant été licenciés du public. « 

En conséquence, les animateurs de Cap Togo se sont empressés de modifier leur propre programme :  » Le matin, douze membres de l’association sont détachés auprès d’une école primaire de plus de mille élèves pendant que les quatre autres prennent en charge dans l’enceinte de la bibliothèque une vingtaine d’élèves appelés à passer le BEPC mercredi prochain. L’après-midi est essentiellement réservé aux élèves de terminale devant passer le baccalauréat du 28 août au 1er septembre. Seuls deux d’entre nous essaient d’organiser une troupe de théâtre avec des collègiens. «