Campagne présidentielle : depuis la prison, Nabil Karoui appelle à « rendre la Tunisie à son peuple »

Nabil Karoui, candidat à la Présidentielle tunisienne, en prison le jour du vote

Arrêté le 23 août dernier, l’homme d’affaires et candidat aux élections présidentielles tunisiennes a déposé une demande de mise en liberté. Malheureusement, cette demande a fait objet de rejet devant un juge de la Cour d’Appel. Le candidat est alors toujours en prison en dépit de cette période de campagne.

Soupçonné de fraude fiscale et de blanchiment d’argent, l’homme d’affaires, le patron de la chaîne Nessma Tv, le candidat favori aux élections présidentielles anticipées du 15 septembre reste privé de sa liberté et par la même occasion, de la possibilité de battre pleinement sa campagne.

A la suite du rejet de sa demande de libération, le mardi dernier, l’un des avocats du candidat a signalé qu’un pourvoi en cassation avait été introduit. « Nous espérons avoir une audience rapidement afin que les droits de M. Nabil Karoui en tant que candidat soient respectées  », a dit le conseil du candidat Karoui, affirmant aussi que son client est un prisonnier politique. En attendant un dénouement favorable au candidat incarcéré, son parti a démarré la campagne électorale dans la plus grande incertitude.

Pour son premier meeting, le parti « Au cœur de la Tunisie » s’est rendu à Gafsa, la ville minière dont est originaire le candidat Nabil. Pour l’occasion, le candidat a adressé une lettre qu’il avait rédigée dans sa cellule à l’endroit de ses sympathisants. Il appelle tous les Tunisiens à aller voter pour « faire la révolution des urnes » et « rendre la Tunisie à son peuple ».