Cameroun : un homme accusé d’homosexualité pour… avoir bu du Baileys

Boire du Baileys au Cameroun peut mener en prison. Un homme ayant consommé cette boisson jugée « féminine » l’a appris à ses dépens.

Au Cameroun, plus besoin de coucher avec une personne du même sexe pour être condamné à des peines allant jusqu’à cinq ans de prison, selon l’article 347 bis du code pénal camerounais. Boire du Baileys, une liqueur à base de whisky irlandais et de crème, suffit pour être jeté en prison, et ce, qu’on soit homosexuel ou non. En effet, ce stéréotype gay/lesbienne suffit à mettre un homme derrière les barreaux, explique Miche Togue, l’avocat camerounais d’un buveur de Baileys.

D’après l’avocat, sur une douzaine de clients accusés d’homosexualité, seuls quelques uns ont réellement été pris en train d’avoir une relation sexuelle, rapporte ThinkProgress. Au Cameroun comme ailleurs, il suffit qu’une personne soit accusée d’acte d’homosexualité pour qu’elle soit arrêtée.

« Un homme coiffeur ou une femme mécano risque gros au Cameroun », explique Michel Togue. Son client a été arrêté pour avoir commandé une boisson jugée trop « féminine ». D’après le juge, seule une femme aurait pu commander une telle boisson, le Baileys.