Cameroun : Présidentielle 2011, Paul Biya s’affiche

Tandis que les 22 autres candidats à l’élection présidentielle tardent à afficher leurs visuels, Paul Biya le président sortant, candidat du Rassemblement démocratique du peuple (RDPC) occupe presque la totalité des panneaux publicitaires de la capitale camerounaise.

Avec un grand sourire non feint, un costume sombre et une chemise bleue qui relève l’éclat de son teint, Paul Biya s’est mis dans une posture totalement à son avantage. C’est très tôt dimanche 25 septembre 2011 qu’il s’est découvert aux Camerounais sur des panneaux publicitaires qui ont été placardés dans tous les quartiers des villes de Yaoundé et de Douala. « Dis donc, on dirait qu’il a rajeunit d’au moins dix ans ! » s’exclame le chauffeur de taxi. « Ah, il en a les moyens ! » réplique un passager. Nous sommes au quartier Olézoa Yaoundé.

« Le Choix du peuple » et « The People’s choice » le slogan de la campagne 2011 de Paul Biya nous indique que plus qu’une volonté personnelle, le président sortant a surtout suivi les appels répétés des populations camerounaises, l’invitant à se présenter candidat à cette élection présidentielle. Tout serait parti de la publication par la Société de Presse et d’Edition du Cameroun (Sopecam) de l’ouvrage intitulé « L’appel du peuple ». Même si on se serait attendu à un slogan du style « Le choix de la raison » compte tenu de l’expérience, de la carrure politique, de l’âge du candidat et du fait que ce sont surtout les militants RDPC qui ont lancé cet appel.

Oui à la paix…

Dans les bureaux et les rues de la capitale, les avis sont clairs quant au choix à faire même si les raisons divergent. « Nous allons voter Paul Biya. On va faire comment ? On n’a pas le choix. Au lieu de faire confiance à quelqu’un qu’on ne connait pas, il vaut mieux faire confiance à Paul Biya qui nous a donné la paix. Même si nous avons faim et que la corruption se poursuit » déclare Armand, cadre dans l’administration. Cette opinion est partagée par de nombreux Camerounais. D’autres estiment qu’il n’y a pas de véritables adversaires en face. « Celui qui pouvait encore faire peur à Biya c’est Fru Ndi. Mais il est fini ! » affirme Blaiso, vendeur ambulant de chaussures.

Depuis le début de la campagne électorale, le candidat Biya est resté silencieux contrairement à tous ses adversaires qui interviennent dans les chaînes de radio et de télévision selon la répartition faite par le ministère de la Communication. Le candidat sortant quant à lui laisse parler ses affiches et ses camarades du parti pour l’instant. Des sources proches du comité central du RDPC, Paul Biya prendra la parole au moins à trois occasions au cours de cette campagne. Il devrait se rendre à Kribi, Maroua et Douala. La ville de Kribi serait pressentie pour le lancement de sa campagne. Ce sera également l’occasion de poser de la première pierre pour la construction du port en eau profonde de Kribi dans la région du Sud. Ce projet d’envergure fait partie des grandes réalisations annoncées par le président du RDPC lors de la tenue du 3e Congrès ordinaire les 15 et 16 septembre au Palais des Congrès de Yaoundé. Parmi les grandes réalisations annoncées, il faut également signaler le barrage de Menvelé et celui de Lom Pangar.

Comme à son habitude, il semble que Paul Biya va également rendre une visite aux populations de Maroua, une ville qu’il connaît bien car il y a souvent fait ses tournées de campagne. Douala, la ville frondeuse, ferait aussi partie des heureuses élues de cette campagne électorale du candidat Biya. Douala, une ville chaleureuse et cosmopolite qui est connue pour ses manques d’état d’âme et ses différents basculements. Ici, les populations changent très souvent de camp et vont de l’opposition vers le pouvoir et vice versa. Selon certaines sources, la tendance à Douala serait entrain de basculer vers l’opposition.