Cameroun : nouvelle cuvée de médecins, pharmaciens et biologistes

Le campus de la Faculté de Médecine et des Sciences Pharmaceutiques de l’Université de Douala situé à Logbessou a connu une liesse populaire le 23 décembre 2016 à l’occasion de la sortie de la 4ème promotion des médecins, de la 3ème promotion des pharmaciens et des masters dans les domaines pointus de Biologie clinique, Ethnopharmacologie et de Botanique appliquée. La relève est assurée pour le développement sanitaire et médical du Cameroun !

La cérémonie, présidée par le Pr. Théophile Ngando Mpondo, Président du Conseil d’Administration de l’Université de Douala et représentant personnel du Ministre de l’Enseignement Supérieur, Chancelier des Ordres Académiques assistés du Secrétaire général du Ministère de la Santé Publique, du Pr. François Xavier Etoa, Recteur de l’Université de Douala s’est déroulée avec ordre et précision, comme sur du papier à musique.

14 heures, début de la cérémonie quelques instants après l’arrivée du représentant personnel du Ministre de l’Enseignement Supérieur et exécution de l’hymne national par la chorale de l’Université de Douala. Par la suite, trois allocutions suivies de la remise de diplômes aux 180 lauréats, prestation de serment d’Hypocrate sous la direction du Dr Guy Sandjon, Président de l’ONMC (Ordre National des Médecins du Cameroun) et prestation de serment de Galien sous la direction du Pr. Hiag Prosper, Président de l’ONPC (Ordre National des Pharmaciens du Cameroun).

Les lauréats 2016, en effet, vont devoir faire face à de nombreux défis, aussi complexes les uns que les autres. Il s’agit notamment de la globalisation, des NTIC, de l’environnement, du réchauffement climatique, de l’émergence de nouvelles maladies, de la réémergence d’anciennes maladies, de la sécurité nucléaire, de la protection des ressources naturelles, de la biosécurité et de la sécurité alimentaire. Autant de problèmes à l’échelle du monde qui imposent un traitement local et une prise de conscience quotidienne.

Autant de problèmes sur lesquels leurs encadreurs souhaiteraient qu’ils travaillent afin de se spécialiser au cours des prochaines années pour que tous ensemble ils réussissent, du Nord au Sud, de l’Est à l’Ouest, le pari de l’émergence socio-économique et d’abord sanitaire du Cameroun en particulier et du continent africain en général.