Cameroun : les sept otages français libérés

Les sept otages français enlevés mardi dans l’extrême nord du Cameroun ont été libérés ce jeudi au Nigeria, selon une source militaire camerounaise citée par l’AFP. Il s’agit de trois adultes et quatre enfants d’une même famille.

Ils sont libres. Les sept otages français enlevés mardi dans l’extrême nord du Cameroun ont été libérés ce jeudi au Nigeria, selon une source militaire camerounaise, rapporte l’AFP. Cette famille, retenue contre son gré, a été retrouvée par les autorités nigérianes dans la localité de Dikwa, dans le nord du pays.

« Les otages sont sains et saufs et sont aux mains des autorités nigérianes. Ils ont été retrouvés abandonnés dans une maison dans la localité de Dikwa », a confié ce jeudi à l’AFP un officier supérieur de l’armée camerounaise, indique Liberation.fr.

Il s’agit de trois adultes et quatre enfants d’une même famille. Les ressortissants français capturés mardi ont été enlevés par des hommes armés circulant en moto.

Depuis l’intervention française au Nord-Mali, les enlèvements de ressortissants européens sont devenus monnaie-courante sur le continent. En effet, les groupes islamistes font de cette pratique le seul moyen de subsister, avec la vente de drogue.

Le rapt de ces sept français avait porté au nombre de 15 les otages français détenus en Afrique. Contacté par Afrik.com, Louis Keumayou, journaliste et président de l’association de presse panafricaine, avait écarté tout lien entre cet enlèvement avec la guerre au Mali :

« Cette prise d’otages n’a pas de lien immédiat avec la guerre au Mali. Je reste convaincu qu’il s’agit d’un braquage qui a dégénéré en prise d’otages. Ce qui explique pourquoi les ravisseurs se dirigent vers le Nigeria, dans une zone qui est le fief de Boko Haram, pour ainsi trouver un mec intéressé de racheter les otages français. Dans quelques jours, il se peut qu’un communiqué soit diffusé provenant d’un groupe. Il se pourrait que ce soit Ansarou. Parce que, s’il s’agissait de Boko Haram, il y aurait eu beaucoup de dégâts : ils ne prennent pas en otage. Ce n’est pas leur mode opératoire. En revanche, ils tuent, notamment les chrétiens. »

Les sept otages français sont donc libres depuis ce jeudi matin. Mais, pour l’heure, aucune information n’a été fournie sur l’identité des ravisseurs.