Cameroun : le gouvernement instaure la gratuité des ARV

A partir du 1er mai, les antirétroviraux (ARV) seront gratuits au Cameroun pour toute personne éligible au programme national de distribution de ces médicaments contre le VIH/SIDA, a annoncé le ministre camerounais de la Santé.

Cette décision, rendue publique par Urbain Olanguena Awono la semaine dernière à Yaoundé, la capitale, au cours d’une conférence de presse, s’inscrit dans le cadre du plan stratégique national de lutte contre le sida 2006-2010, qui vise à rendre les ARV accessibles à 75 pour cent des adultes et 100 pour cent des enfants en attente de ces traitements d’ici 2010, a précisé le ministre.

La gratuité concerne les ARV de première et deuxième ligne distribués dans les centres hospitaliers publics et privés répartis sur tout le territoire, ainsi que le traitement des infections opportunistes liées au VIH/SIDA, et devrait à terme permettre de fournir des antirétroviraux à 43 000 adultes et 4 000 enfants, a dit M. Olanguena Awono.

D’après les statistiques officielles, plus de 30 000 personnes reçoivent actuellement ces médicaments au Cameroun, respectivement au prix de 3 000 et 7 000 francs CFA (six et 14 dollars) pour les traitements de première et deuxième ligne, dans un pays où 5,4 pour cent des 16 millions d’habitants vivent avec le virus, selon les Nations Unies.

Le ministre a précisé que la gratuité avait été rendue possible grâce à des subventions du gouvernement camerounais et au soutien financier de plusieurs partenaires comme le Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme, la Fondation Clinton et l’initiative internationale de financement des médicaments dans les pays pauvres Unitaid, à laquelle le Cameroun a adhéré début 2007.

Le 29 mars dernier, le Fonds mondial a validé à Genève, en Suisse, la poursuite de ses deux premières subventions VIH/SIDA au Cameroun accordées en 2005, pour un montant de 49 millions de dollars au cours des trois années à venir. Le coût de la gratuité des ARV est estimé à 5,5 milliards de francs CFA (11,5 millions de dollars) pour la seule année 2007, selon le ministère camerounais de la Santé.

Un enthousiasme modéré des associations

La décision du gouvernement camerounais intervient après l’annonce en janvier de la gratuité du test de dépistage du VIH pour les personnes les plus vulnérables, à savoir les femmes enceintes, les enfants de moins de 15 ans, les élèves et étudiants, les patients souffrant de tuberculose (la principale infection opportuniste liée au VIH), les populations carcérales et «autres populations vulnérables».

Tout en saluant la gratuité des ARV, les associations de personnes vivant avec le VIH au Cameroun se sont voulues prudentes sur la portée ce cette mesure. « Nous ne ferons pas la fine bouche, cette nouvelle est une bonne nouvelle pour les personnes vivant avec le VIH », a dit Nathalie Machoussi, secrétaire exécutive du Réseau camerounais des associations de personnes vivant avec le VIH (Recap+), citée par le quotidien Mutations, ajoutant que cette mesure était réclamée par les associations de lutte contre le sida depuis longtemps.

Cependant, Mme Machoussi a insisté sur « la nécessité d’une décentralisation géographique des médicaments, qui ne sont pas disponibles partout. Ainsi, bien que l’on ait rendu le traitement gratuit, les malades continueront de payer les frais de transports souvent exorbitants [pour se rendre dans les centres de traitement] ». D’autre part, elle s’est inquiétée de la possibilité de ruptures de stocks d’ARV. « Quand [les ARV] étaient payants, il y avait déjà des ruptures de stocks, maintenant que les traitements sont gratuits, tout le monde va venir les réclamer et ce sera difficile si aucune mesure n’a été prise », a-t-elle dit.

Une fois commencé, un traitement ARV doit se prendre à vie. Toute interruption du protocole thérapeutique expose le patient au risque de développer des résistances aux médicaments et de devoir avoir recours à des ARV plus récents, donc beaucoup plus coûteux. En réponse à ces inquiétudes, M. Olanguena Awono a affirmé qu’un inventaire des stocks d’ARV et de médicaments pour le traitement des infections opportunistes serait réalisé avant le 30 avril.

Photo: M. Sayagues/PlusNews