Cameroun : « La Soirée des Partenaires est l’une de nos stratégies de performances »

Trois questions à…
Madame Minette LIBOM LI LIKENG, Directrice Générale des Douanes Camerounaises.

(De notre correspondant)

Afrik.com : Mme Minette LIBOM LI LIKENG, pouvez-vous nous dire en quelques mots ce que c’est que la « Soirée des Partenaires » ?

Minette LIBOM LI LIKENG :
La Soirée des Partenaires est un événement de nature professionnelle qui se tient à la fin de chaque exercice, et ce depuis 2008, a vocation à célébrer la collaboration entre la Douane camerounaise, les acteurs et intervenants de la chaîne logistique des transports et les entreprises. En effet, la conjoncture internationale marquée par la mondialisation des échanges et l’accroissement des accords commerciaux régionaux et multilatéraux, a entraîné une extension considérable des missions de la Douane camerounaise en ce XXIème siècle. Toute chose qui contraint les administrations douanières à l’audace de l’innovation et à une créativité ; nous obligeant à opérer des mutations profondes pour s’adapter, s’affirmer, se moderniser et accroître ainsi notre efficacité.
Pour notre part, la Soirée des Partenaires est ainsi une occasion parmi tant d’autres pour mettre en valeur les initiatives visant à améliorer la coopération et la communication entre la Douane camerounaise et les nombreux opérateurs des secteurs public et privé. Cet événement prend tout son sens face aux enjeux importants qui doivent aider à la construction de passerelles de dialogue, d’échanges et d’enrichissements mutuels entre la Douane camerounaise et ses partenaires.
Nul n’ignore le poids de la mondialisation des échanges. Chacun en connaît aussi les problématiques, les dynamiques et les complexités.

Afrik.com : Selon vous, les bonnes ou mauvaises performances d’une entreprise sont-elles le fait du hasard ?

Minette LIBOM LI LIKENG :
Les bonnes ou mauvaises performances d’une entreprise ne sont jamais un fait du hasard. Elles sont toujours le résultat d’une conjonction de facteurs qui allient la planification, l’anticipation, l’environnement, la stratégie, l’ingéniosité, l’inspiration et, surtout, la capacité des acteurs internes et externes à intégrer les orientations organisationnelles et à adhérer au projet que dessine l’équipe managériale.

Pour ce faire, les changements proposés se doivent d’être clairs, précis et faciles à mettre en œuvre. La vague de réformes que nous avons engagées en Douane depuis quelques années confirment ces principes.

Afrik.com : Nous voici en fin d’exercice 2012. La Douane camerounaise a-t-elle encore atteint les objectifs à elle assignés par le gouvernement ? Si oui, quelles stratégies avez-vous mises sur pied pour y parvenir ?

Minette LIBOM LI LIKENG
: Cette année encore, nous avons atteint, du moins nous avons la certitude d’atteindre les objectifs à nous assignés par le gouvernement. Puisqu’au 10 décembre 2012, nous nous situions déjà à 565,5 milliards de francs CFA, soit plus de 15 milliards de plus que les 550 milliards attendus de notre administration par la Loi de finances 2012.

Les performances ainsi enregistrées sont à notre avis, la suite logique des actions que nous entreprenons au fil du temps. Nous n’égrènerons pas ici la liste de nos réformes. Mais, pour l’essentiel, elles nous ont permis de bâtir une organisation stable, ou les valeurs de transparence, d’intégrité, de célérité et d’objectivité doivent rester le socle sur lequel reposent nos méthodes de travail.

Chemin faisant, nous continuons de nous interroger sur les voies et moyens qui nous permettraient de toujours remplir avec plus d’efficacité nos principales missions, dont la plus visible est celle de la collecte des recettes nécessaires au financement de l’économie nationale.