Cameroun : des militants du MRC persécutés dans leur propre pays

Militants du MRC bloqués à Ebolowa

L’opposition entre le MRC de Maurice Kamto et le parti au pouvoir, le RDPC, n’a pas fini de montrer toutes ses facettes. Des militants MRC en partance de Douala pour Yaoundé ont été débarqués du bus de la compagnie de transport Buca Voyage.

N’a-t-on plus le droit de circuler librement dans son pays, quand on est militant du MRC au Cameroun ? La question mérite d’être posée, puisqu’après les meetings interdits du parti de Maurice Kamto, les 1er et 2 novembre derniers, ce sont des militants du même parti qui, voulant se rendre de la capitale économique, Douala, à Yaoundé, ont été contraints de descendre du bus de la compagnie Buca Voyage.

Alors que les personnes concernées s’étaient installées dans le bus depuis des heures, le chef d’agence, après avoir constaté qu’il s’agissait en fait des militants du MRC, ordonna leur retrait du bus sur ces mots « vous les Bamilekes du MRC, sachez que Buca Voyage ne vous transportera pas », témoigne Fotsing Nzodjou, militant du MRC, dont les propos ont été rapportés par 237 Actu, un média camerounais en ligne.

L’information de cette expulsion des militants du bus a d’abord été donnée, ce lundi 4 novembre 2019, par le lanceur d’alertes Boris Bertolt, avant d’être confirmée par Sosthène Médard Lipot, secrétaire national à la communication du parti.

Le combat entre le RDPC et le MRC semble de plus en plus quitter le terrain de la politique pour se matérialiser sur d’autres espaces. L’exemple de Sam Séverin Ango, qui a été arrosé d’eau en pleine figure alors même qu’il s’adressait à des personnes autour de lui, est assez édifiant. De tels actes dans un pays qui se veut démocratique poussent à des questionnements : pourquoi le MRC fait-il si peur au RDPC ?