Cameroun : décès de l’ancien Premier ministre Sadou Hayatou

Premier ministre de la République du Cameroun entre le 26 avril 1991 et le 9 avril 1992, Sadou Hayatou s’est éteint le 1er aout 2019 en Suisse des suites d’une longue maladie.

Né le 15 février 1942 à Garoua, chef-lieu de la région du Nord Cameroun, Sadou Hayatou, mène l’essentiel de ses études en France, d’où il ressort nanti d’une Licence en Sciences économiques et d’un diplôme des hautes études d’Outre-mer.

De retour au pays natal en 1967, il est sollicité dans l’Administration où il occupe les postes de directeur adjoint puis directeur au ministère du développement industriel respectivement en 1967 et 1969, année à laquelle il accède au grade d’administrateur civil.

Ministre de l’agriculture, ministre des finances, ministre du plan et de l’aménagement du territoire, secrétaire général à la présidence de la République, sont également des postes dans lesquels l’homme d’Etat qui s’éteint à 77 ans a offert ses services.

A l’échelle internationale, Sadou Hayatou a été tour à tour président de l’Organisation interafricaine du Café de 1970 à 1971, directeur national de la Banque des Etats de l’Afrique centrale (BEAC),  directeur adjoint  en 1974 puis directeur général de la BICIC en 1976.

En 1991, alors premier Ministre, il organise une rencontre Tripartite « pouvoir – opposition- société civile » afin de désamorcer le climat politique très tendu provoqué par des opérations « villes mortes »lancée par l’opposition camerounaise.

Le résultat de cette tripartite paraphée par 40 partis politiques sur les 47 légalisés, décrète la fin des «viles mortes» et de la désobéissance civile, alors que le gouvernement décide d’accorder un moratoire fiscal aux victimes des troubles et lève les mesures spéciales de sécurité.