Bush se prépare à sanctionner Mugabe

George W. Bush a annoncé mardi à la Maison Blanche que son pays se préparait à sanctionner de hauts responsables zimbabwéens, dont le président Robert Mugabe. Le chef de l’Etat américain riposte ainsi au rejet des mesures de rétorsion d’une résolution votée vendredi au Conseil de sécurité des Nations Unies.

« Vous ne vous êtes pas trompés sur la manière dont j’ai réagi. J’étais mécontent ». Et George W. Bush, qui s’exprimait mardi à la Maison Blanche, l’est toujours. Le président américain n’a pas digéré le camouflet que lui ont infligé la Russie et la Chine vendredi, au Conseil de sécurité des Nations Unies. Comme l’Afrique du Sud et la Libye notamment, ces deux pays opposé leur veto à une résolution destinée à sanctionner 14 hauts responsables zimbabwéens – dont le chef de l’Etat Robert Mugabe – suite à des élections présidentielles et législatives violentes et jugées illégitimes par l’Occident.

Sans doute moins surpris par le veto de la Chine, qui cherche à se rapprocher toujours plus du Continent noir, les Etats-Unis ne s’attendaient pas à un blocage de la Russie : Moscou avait pris l’engagement, lors du sommet du G8 au Japon, de participer aux efforts internationaux pour ramener Robert Mugabe à de meilleurs sentiments. Qu’à cela ne tienne. « Mécontent » mais pas vaincu, George W. Bush a expliqué que le département d’Etat et le ministère du Trésor « travaillent maintenant sur une possible action américaine ».

« Ces sanctions, a expliqué le président américain, ne vont pas à l’encontre du peuple zimbabwéen, elles visent les gens, comme vous le savez, dans le régime de Mugabe, qui prennent les décisions. » Le président américain n’a pas donné de détails sur les éventuelles mesures de rétorsion mais on peut imaginer qu’elles s’apparenteront à celles de la résolution rejetée vendredi : interdiction de voyager, gel des avoirs financiers à l’étranger et embargo sur les armes.