Burundi : trois observateurs des droits de l’Homme mandatés par l’ONU à Bujumbura

Mandatés par le Haut Commissariat des droits de l’Homme de l’ONU, trois experts indépendants sont arrivés, mardi 1er mars 2016, pour une première visite d’une semaine au Burundi. Leur enquête s’inscrit dans le cadre d’une résolution émise le 17 décembre 2015, soit moins d’une semaine après les massacres qui ont coûté la mort à près de deux cents personnes dans plusieurs quartiers contestataires de la capitale.

A Bujumbura,

Christof Heyns, Maya Sahli-Fadel et Pablo de Greiff sont chargés d’éclaircir les nombreuses accusations de violations de droits de l’Homme portées par le pouvoir comme l’opposition contre le camp adverse, depuis le début de la crise, en mai 2015. Prévoyant de rencontrer toutes les « parties » à la crise en cours dans le pays, la délégation a commencé les visites institutionnelles auprès du ministre des droits de l’Homme, ministre de l’Intérieur et un représentant du ministre des Affaires étrangères. Une rencontre avec les ministres de la Justice et de la Sécurité publique sont aussi au programme. Dès jeudi, les enquêteurs indépendants se tourneront ensuite vers les acteurs de la société civile et si le temps le permet, des représentants des partis d’opposition.

Retardée d’un mois, cette visite s’inscrit dans un contexte particulièrement tendu suite à la découverte, lundi, d’une fosse commune dans le quartier contestataire de Mutakura. La mairie de Bujumbura accuse l’opposition d’y avoir enterré des partisans du Président Nkurunziza tandis que plusieurs organisations des droits de l’Homme ont souligné la pertinence du timing de cette révélation. « Cette découverte intervient juste avant l’arrivée des enquêteurs et permet de détourner le regard des autres fosses communes dévoilées par Amnesty International, suite aux massacres perpétrés le 11 et 12 décembre par les forces de l’ordre », explique un membre de l’ONG des droits de l’Homme FOCODE (Forum pour la conscience et le développement) dont le leader Pacifique Nininahazwe a fui le pays et rejoint l’opposition en exil, depuis cet été. Bien que déterminée à s’informer sur le sujet, l’équipe d’enquêteurs n’a pas l’intention de se rendre sur les sites des fosses communes au cours de cette première visite, précisant que cela s’effectuera certainement lors de visites futures.

A Bujumbura, la population regarde, de guerre lasse, cette visite comme une énième tentative de la part de la communauté internationale d’empêcher que le pays ne plonge dans une guerre civile. « Le FOCODE est l’une des ONG des droits de l’Homme les plus reconnues dans le pays et les enquêteurs ne nous ont même pas contactés », se lamente ce même membre de l’ONG, en guise de conclusion.