Burkina : la résistance s’organise contre le coup d’Etat

La situation au Burkina Faso est toujours tendue après le coup d’Etat mené par le général Gilbert Diendéré, ex-chef du Régiment de la sécurité présidentielle (RSP), très proche de Blaise Compaoré. Alors que le Président sénégalais Macky Sall est arrivé à Ouagadougou pour tenter une médiation, la résistance du peuple burkinabè s’organise un peu partout sur le territoire. Des manifestations ont lieu jusque dans les provinces les plus reculées.

Certains sont traqués jusque chez eux. D’autres voient leurs maisons perquisitionnées, fouillées. D’autres sont contraints, pour se protéger, de régulièrement changer de positions. Malgré les menaces et la répression, les Burkinabè ne se laissent pas faire ! Et ils ont bien l’intention de le démontrer. Suite au coup d’Etat mené mercredi par le général Gilbert Diendéré, ex-chef du Régiment de la sécurité présidentielle (RSP), très proche de Blaise Compaoré, la population a décidé de se mobiliser et d’organiser la résistance. Partout dans le pays, à Ouagadougou, la capitale, à Bobo Dioulasso, la deuxième ville du pays, ou encore à Kaya, Dori, Fada, tout comme dans l’arrière pays, il y a des rassemblements pour protester contre le coup d’Etat.

Les partis politiques ont aussi appelé la population à la désobéissance civile et la société civile, en tête le mouvement du Balai citoyen, appelle le peuple à descendre dans la rue pour défendre ses droits. Mais la contestation a déjà eu ses premières victimes, depuis jeudi, car plusieurs manifestations ont violemment été réprimées par le RSP, faisant au moins six morts et une soixantaine de blessés.

Appel à la résistance sur les réseaux sociaux

La résistance ne se fait pas que dans la rue mais aussi sur les réseaux sociaux, notamment à travers Facebook ou encore Twitter. Les internautes s’informent entre eux minute par minute de la situation du pays. Ils postent également régulièrement des photos et images de l’ampleur de la contestation, s’encourageant mutuellement, se donnant du courage. Les commentaires aussi y vont vont train, surtout contre le général Diendéré, conspué par tous. Le téléphone aussi est très prisé par la population pour appeler à résister contre le putsch. Des messages de rassemblement et d’unité sont constamment transmis par sms, toujours dans l’optique de vaincre le général Diendéré et ses hommes.

Par ailleurs la médiation, dirigée par le Président sénégalais Macky Sall, également président de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest (CEDEAO), se met peu à peu en place. Le dirigeant sénégalais est accompagné dans cette lourde tâche par son homologue béninois? Boni Yayi. Les deux hommes sont déjà arrivés à Ouagadoudou et ont entamé les pourparlers avec Gilbert Diendéré.

Un peu plus tôt dans la journée, Michel Kafando et ses ministres, qui étaient détenus par les putschistes depuis le 16 septembre, ont été libérés, sauf son Premier ministre Isaac Zida. Toutefois, les informations sont encore très floues concernant la libération de Michel Kafando qui serait toujours en résidence surveillée.

La confusion est donc toujours de mise dans le pays. Beaucoup attendent de voir si la médiation menée par le Président Macky Sall portera ses fruits…