Burkina Faso : les militaires se déchaînent

Par Boureima. P. Salouka. Ouagadougou, Burkina Faso, le 23 mars 2011.

Selon des explications recueillies auprès d’un militaire, la femme d’un de ses collègues aurait eu une relation amoureuse avec un civil. Lorsque le militaire a appris la nouvelle, il aurait organisé avec plusieurs de ses frères d’arme une descente chez le civil qu’ils ont passé à tabac. Une bavure condamnée par le supérieur du militaire qu’il l’a tout de suite fait arrêter. Ses camarades, n’étant pas d’accord avec la sentence, ont pris d’assaut le dépôt d’armes. Ils ont terrorisé toute la nuit la population en tirant en l’air, pillant des boutiques, des banques, volant de l’argent… Des douilles de balles ont même été retrouvées dans certaines maisons. Pas de mort lors des événements, mais un blessé (balle perdue à la hanche) qui se trouve au CHU de Ouagadougou. La situation est calme depuis ce matin, mais les stations services, les banques et les boutiques restent fermées.