Burkina Faso : le Président de la transition Zida reçoit les blessés

Après avoir rencontré, ce mardi matin, les leaders religieux pour la question de la transition, le Président de la transition Isaac Zida a reçu les blessés de la manifestations.

A Ougadougou,

Après avoir rencontré, ce mardi matin, les leaders religieux pour la question de la transition, le Président de la transition Isaac Zida a reçu les blessés de la manifestations. De son côté, l’opposition burkinabè a tenu une conférence de presse, lundi à Ouagadougou pour demander à l’armée de transmettre le pouvoir aux civils. Pour l’heure, la vie a repris son cours normal, et des concertations entre organisations de la société civile se tiennent pour définir le schéma de la transition afin de les associer au processus de transition.

Selon la porte-parole de la transition Catherine Ray, « nous continuons
de suivre les événements au Burkina Faso avec préoccupation. Dans un moment crucial pour l’avenir du pays, nous appelons en particulier au sens de la responsabilité de toutes les forces militaires et de
sécurité afin qu’elles assurent la sécurité de la population ainsi que
les droits fondamentaux des Burkinabés, y compris celui de manifester
pacifiquement ».

« Nous soutenons pleinement l’appel de la mission conjointe Union
Africaine/Communauté des Etats de l’Afrique de l’Ouest/Nations-Unies
pour un retour rapide au respect des normes constitutionnelles », rappelant que « notre attachement à une transition démocratique
apaisée, menée par des autorités transitoires civiles et aboutissant à
la tenue d’élections démocratiques, inclusives et transparentes dans
les meilleurs délais possibles ».

Et de conclure en indiquant qu’ « un tel processus offrirait les meilleurs gages pour répondre aux aspirations légitimes du peuple burkinabé, de même que pour le maintien des relations internationales normales du pays et la poursuite des importants efforts de développement et de coopération en cours. Nous appuyons pleinement les efforts de la Communauté internationale, notamment le travail de la mission conjointe UA/CEDEAO/ONU, pour faciliter le processus en cours, et sommes prêts à y contribuer » .