Burkina Faso : le bataillon Laafi 7 opérationnel pour le Darfour

darfour_1.jpg

Depuis le 12 janvier 2015, il était à Loumbila pour préparer son futur déploiement au Darfour. Après deux mois passés à recevoir des connaissances théoriques et pratiques, le bataillon Laafi 7 est fin prêt. C’est sous la présidence du chef d’état-major général des armées que s’est déroulée la cérémonie de fin de formation intensive de maintien de la paix du bataillon composé de cinq cent hommes et femmes.

A Ouagadougou,

Durant deux mois, ils étaient en formation avec le soutien de l’armée américaine. Environs 500 militaires et personnels civils ont reçu des connaissances théoriques et pratiques, en vue de renforcer leurs capacités opérationnelles. Ils sont désormais prêts à relayer le bataillon 6 au Darfour pour une mission de patrouille sur des axes et la sécurisation de leur site. Ce sont entre autres les taches qui attendent le bataillon qui sera affecté à Forobaranga, à Bila, à Massiri, à El Genina, au Darfour.

darfour_1.jpg La mission de soutien à la paix dénommée Laafi 7 a effectué sa première mission en 2007. La formation a été assurée par le soutien de formateurs ACOTA ( African Contingency Operation and Training Assistance) et d’anciens soldats de maintien de la paix au Darfour.
Elle a porté, entre autres, sur les mouvements des unités à pied, les réactions à diverses situations opérationnelles, les techniques de négociation, l’utilisation du GPS, les patrouilles motorisées, les techniques de bouclage et de fouille d’une zone, les droits de l’Homme, le secourisme, les règles de l’engagement pour ne citer que ceux-là.

C’est le général Pigrenoma Zagre, chef d’état-major général des armées, qui a présidé la cérémonie de fin de formation. Il a loué le dynamisme de la coopération militaire avec les Etats-Unis dont le soutien multiforme à l’endroit des forces armées nationales (FAN) s’inscrit dans la constance. Tout en se satisfaisant du travail bien accompli pendant la formation, il a exhorté les 500 hommes à traduire sur le terrain, avec professionnalisme, tout ce qu’ils ont appris durant la formation.
darfour_3_1_.jpg Les soldats de la paix doivent par ailleurs, toujours selon le mot du général de brigade, veiller à l’observation stricte des règles d’engagement et au respect des droits de l’Homme au sein de la MINUAD (Mission conjointe des Nations Unies et de l’Union Africaine au Darfour).

Les Etats-Unis, un partenaire pour la paix

Le chargé d’affaires de l’ambassade des Etats-Unis au Burkina, Steven Koutsis, a rassuré du soutien de son pays aux FAN dans ses efforts de lutte contre le terrorisme, de maintien de paix dans la sous-région et en Afrique ainsi que la professionnalisation des troupes. Selon le premier conseiller de l’ambassade venu représenter l’ambassadeur, le montant total investi par les Etats-Unis d’Amérique est de l’ordre de soixante millions de dollars américains. Cet apport financier a servi à soutenir les efforts de formation et d’équipement des forces armées burkinabè pour les opérations de maintien de la paix.