Burkina Faso : l’opposition mécontente du projet de Constitution

L’opposition burkinabè vient de reprendre le chemin du palais présidentiel de Kossyam. Le service de communication du Chef de file de l’opposition politique annonce en effet que le Président du Faso avait convié les opposants « en vue d’un échange sur la situation nationale« . La rencontre a eu lieu ce jeudi 7 juillet 2016. La délégation était conduite par le porte-parole des opposants, Zéphirin Diabré. Il n’est pas certain qu’elle ait été concluante.

Face aux menaces de boycott de l’opposition politique, souhaitant se retirer de la commission chargée de la rédaction de la nouvelle Constitution du Burkina Faso, le président burkinabè Roch Marc Christian Kaboré a rencontré jeudi la classe politique « en vue d’un échange sur la situation nationale ».

Dans un communiqué publié mardi, l’opposition politique a annoncé avoir été invitée à cette rencontre. Pour rédiger une nouvelle Constitution, le Burkina Faso a mis en place une équipe composée de personnalités politiques, scientifiques, culturelles, religieuses, présidée par Me Halidou Ouédraogo, président d’honneur du Mouvement burkinabè des droits de l’Homme et des Peuples (MBDHP), et activiste de la société civile.

Pour certains observateurs, l’actuelle Constitution du Burkina Faso, datant de juin 1991, accorde d’énormes pouvoirs au chef de l’Etat. Mais l’opposition politique doute sur la bonne foi des autorités actuelles.

En rappel, Le chef de file de l’opposition politique burkinabè Zépherin Diabré, a rencontré le 24 juin dernier, le président Kaboré, pour lui exposer ses préoccupations sur les démarches entreprises en vue de rédiger une nouvelle Constitution.

« Il est opportun que si certains aspects des questions posées à notre niveau posent problème, qu’on puisse avoir une consultation en préalable avant que l’on puisse aller donc en avant », a déclaré M. Diabré à sa sortie de l’audience. Autant dire que toutes les difficultés ne sont pas aplanies et que l’opposition pourrait bien se retirer de la commission chargée de rédiger la nouvelle Constitution.