Burkina Faso : l’attaque d’un convoi minier fait plusieurs morts

Le Burkina Faso est endeuillé par l’attaque meurtrière d’un convoi minier d’une société canadienne. Les faits ont eu lieu dans la région de l’Est et différents médias font état d’au moins 37 morts.

Au total 37 morts et 60 blessés, tel est le bilan établi par différents médias burkinabé, à la suite d’une attaque perpétrée par des hommes armés non identifiés, contre un convoi minier d’une société canadienne. Différents médias rapportent que le convoi est tombé sur une embuscade, sur la route entre Fada et le site de la mine Boungou dans la région de l’Est au Burkina Faso.

Selon un communiqué de  la société minière canadienne Semafo, repris par les médias, l’attaque a visé cinq bus transportant du personnel, des entrepreneurs et des fournisseurs liés à la compagnie minière, qui étaient escortés par des militaires. Selon les autorités locales citées par les médias, le véhicule militaire qui se trouvait à l’avant aurait heurté un engin explosif.

A la suite de la déflagration, le reste du convoi a été la cible de coups de feu tirés par des « individus armés non identifiés ». Le Burkina Faso est confronté, depuis quelques années, à des attaques terroristes qui ont fait depuis 2015, plus de 600 victimes. Ces attaques ont notamment vu le jour après le départ forcé de l’ancien chef de cet Etat d’Afrique de l’Ouest, Blaise Comparé, en exil en Côte d’Ivoire, et dont le retour au bercail fait l’objet de débats.

En effet, si d’aucuns se disent convaincus que l’ancien Président Compaoré est l’homme de le situation, seul capable de mettre fin aux exactions des terroristes, d’autres sont d’avis que l’ex-homme fort de Ouagadougou n’a plus sa place au pays des Hommes intègres, ayant déjà fait son temps. Reviendra reviendra pas, le débat fait rage au Burkina.

A lire : Burkina : les raisons de la nostalgie Compaoré