« Born Free HIV » : une campagne novatrice contre le virus du sida

Le Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme, crée en 2002, a débuté, mercredi, une vaste campagne de sensibilisation et de prévention novatrice, sous la houlette de la première dame de France, Carla Bruni-Sarkozy. Son leitmotiv ? Mettre fin à la transmission du VIH de la mère à l’enfant. Pour toucher le plus de monde possible, l’opération « Born Free HIV » (« naître sans le sida ») investit la Toile avec un site d’un nouveau genre, proposant films d’animation, informations sur la campagne, pages Facebook et Twitter. Plusieurs hôpitaux sud-africains, subventionnés par le Fonds mondial, participent à cette opération.

Un clic pour sauver un bébé de la contamination ! Voici, à peu de chose près, le message que souhaite faire passer le Fonds mondial de la lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme, crée en 2002. Son objectif ? Mettre fin à la transmission du VIH de la mère à l’enfant. Pour cela, une campagne de sensibilisation et de mobilisation a été présentée par le Fonds mondial mercredi. L’opération « Born Free HIV » (« naître sans le sida »), soutenue par la Première dame de France Carla Bruni-Sarkozy, se veut novatrice et investit la Toile avec un site internet entièrement consacré à la campagne, qui doit durer cinq mois. Films d’animation, actions, projets, pétition et même pages Facebook, Twitter et Youtube qui présentent une quantité de spots, reportages ou témoignages. Un seul but donc, être sur tous les fronts pour sensibiliser au mieux l’opinion publique et l’inciter à soutenir le projet.

Supprimer toute contamination mère-enfant, tel est donc le projet ambitieux de l’organisation internationale du Fonds mondial. En 2009, près de 430 000 nouveaux nés ont été infectés par leur mère dans le monde. Un chiffre qui fait frémir. Que ce soit pendant la grossesse, lors de l’accouchement où de l’allaitement, le risque de transmission du VIH est important mais pourrait être évité. En 2002, un nombre infime de femmes avaient accès au traitement. « Aujourd’hui, on a les moyens de prévenir. Près de 45% des femmes sont traitées, mais on doit mieux faire », a souligné Michel Kazatchkine, directeur du Fonds mondial. « Si les Etats s’engagent et si le Fonds mondial dispose des ressources nécessaires à la lutte contre ces pathologies, d’ici 2015 nous devrions faire en sorte qu’aucun enfant naisse infecté du virus du sida d’une mère séropositive (…) Nous pourrions sauver des millions de vies » a-t-il renchérit dans une interview accordée à Rfi. La prévention de la transmission du VIH de la mère à l’enfant (PTME), priorité des organismes internationaux, figure parmi les objectifs du Millénaire pour le développement.

L’Afrique du Sud veut éradiquer le virus

En Afrique du Sud, l’un des pays les plus touchés par le virus du sida, un grand nombre d’hôpitaux financés par le Fonds mondial mettent en place des services destinés à lutter contre cette PTME. C’est le cas de l’hôpital d’Alexandra, un township de la banlieue de Johannesburg. Une clinique dans laquelle le personnel travaille autant sur la prévention que sur les traitements. Une prévention nécessaire alors que la majorité des femmes malades ignorent que la transmission du VIH peut s’effectuer via le lait maternel, ou qu’une césarienne est préférable à un accouchement par voies naturelles.

Mi février 2009, un nouveau budget a été alloué à la lutte contre le virus. En augmentation de 33%, il a atteint les 90 millions de dollars (69,5 millions d’euros). Entre 2007 et 2008, le nombre de séropositifs ayant pu recevoir des traitements a augmenté de 53% faisant passer le nombre de patients de 458 951 à 700 500. « Avec le soutien du Fonds mondial et de l’ONUSIDA, la transmission mère-enfant du virus peut être éradiquée en Afrique du Sud. Dans la mesure où la santé de nos mères et de nos enfants affecte directement le développement de notre pays, l’Afrique du Sud doit atteindre cet objectif d’ici à 2015 », a déclaré, début mars, le Dr Aaron Motsoaledi, Ministre de la Santé d’Afrique du Sud.

« La vie est belle, ne laissez pas le sida la détruire avant qu’elle ne commence ». Ainsi s’exprime l’ambassadrice de la campagne, Carla Bruni-Sarkozy, dans l’un des films d’animation visible sur Youtube. Une maxime qu’il faudra répéter pour convaincre les pays donateurs qui s’engageront sur leurs financements au Fonds pour 2011-2013, lors d’une réunion qui se tiendra le 5 octobre prochain à New-York.