Bombardement meurtrier au Darfour

Des bombardements des forces armées soudanaises aurait provoqués 14 morts et plusieurs dizaines de blessés parmi les civils au Nord du Darfour, entre vendredi et dimanche. Une enquête de la Minuad est en cours.

Quatorze civils ont trouvés la mort dans des bombardements perpétrés, dimanche, dans le nord du Darfour par l’armée soudanaise. Deux organisations humanitaires affirment dans un communiqué commun qu’un raid aérien a touché un village de la Région. Elles rapportent : « Selon des informations recueillies auprès des villageois de Shegeg Karo, l’avion a survolé, dimanche, le village pendant un long moment avant de le bombarder à plusieurs reprises. L’école (financée par les deux organisations Ndlr), qui accueille 238 enfants a été frappée, et une salle de classe a été détruite à l’heure des cours. Sept enfants ont été tués et deux gravement blessés. » Dans l’après midi, c’est le marché, sur lequel des centaines de femmes se rassemblent chaque dimanche, qui a été visé, tuant six personnes. Le nombre des blessés n’est pas encore connu.

Présomption de culpabilité

Interrogé par l’AFP à Londres où il réside actuellement, le porte-parole des rebelles du mouvement pour la justice et l’égalité (JEM) précise que les «bombardements ininterrompus pendant trois jours » ont débutés vendredi. Ils auraient tués trois enfants d’un cheikh local, Mahmoud Bakr.
Ahmed Hussein Adam affirme, en outre, que les attaques ont pris délibérément pour cible des civils, « car il n’y avait aucun élément armé dans le secteur (…) Il est très clair que le gouvernement du Soudan ne veut pas de solution politique au conflit et tente d’imposer l’option militaire. »

La Minuad (Mission Onu/Union africaine de maintien de la paix au Darfour) avait confirmé la semaine dernière des rapports émis par des rebelles relatant des bombardements de l’armée dans le nord du Darfour. Elle enquêterait sur les auteurs présumés du bombardement de Shegeg Karo.

Le gouvernement soudanais a toujours démenti mener des bombardements dans la région. Mais d’après les déclarations de l’Organisation pour la paix et le développement au Darfour et Darfour Diaries, rapportées par Reuters, c’est un avion gouvernemental soudanais de type Antonov qui serait à l’origine des bombardements.

D’après des rebelles, trois autres zones ont été touchées, dimanche, dans le nord et l’ouest du Darfour. S’il est confirmé, le raid aérien de Shegeg Karo serait le plus meurtrier depuis des années au Soudan, déchiré depuis cinq ans par une guerre économique et ethnique qui aurait déjà fait, d’après l’ONU, près de 300 000 morts et deux millions de déplacés, essentiellement au Tchad.