«Blue Méditerranée», la collection de vêtements qui allie simplicité et élégance

Blue Méditerranée
La marque Blue Méditerranée

«Blue Méditerranée» est une collection non-genrée en denim de coton biologique créée par la créatrice de mode franco-tunisienne Camélia Barbachi, en hommage à son identité culturelle nord-africaine.

Après le succès inattendu de sa première collection «Djerbian», la créatrice franco-tunisienne Camélia Barbachi a lancé «Blue Méditerranée», une nouvelle collection qui veut porter haut les racines vestimentaires de la Tunisie. «Je suis née en France et suis d’origine tunisienne. Entre les deux pays, il y a la Mer méditerranéenne. Elle m’évoque l’exil des personnes du continent africain vers l’Europe et le retour des membres de la diaspora vers l’Afrique», souligne la jeune entrepreneure.

A lire : La marque de vêtements «Wax Panther» donne une seconde vie aux tissus

Blue MéditerranéeConstituée d’un ensemble de pièces en denim brut de coton biologique, cette nouvelle collection combine la simplicité et l’élégance. Elle intègre «le denim brut issu de l’agriculture biologique béninoise» qui rappelle la profondeur de l’océan. Les vêtements de cette collection sont «confectionnés dans le respect de l’environnement nord-africain. Ils sont confectionnés et en Tunisie, «dans un atelier garantissant des conditions de travail justes et le respect de l’environnement», confie Camélia.

«Blue Méditerranée» s’inscrit dans la dynamique de la marque de prêt-à-porter «Chez-nous», créée en 2021 par la même créatrice pour célébrer «la diversité à travers des pièces conçues de façon éthique», ajoute-t-elle. Une année après la création de la collection, la marque espère déclencher la démocratisation de «la mode éthique et inclusive en Europe mais aussi en Afrique». Pour réussir son pari, quelques points de vente ont été lancés en France, en Belgique. D’autres suivront d’ici la rentrée, en Tunisie. «Je crois que lorsqu’on donne le meilleur de nous-mêmes, nous finissons par réussir. Il faut briser les aprioris et les clichés et foncer», estime la jeune entrepreneure.

A lire : Dans les coulisses de la marque «Les tabliers de Patox»