Black Kojak

Kojak, la série américaine culte des années 70, est de retour. Dans la version 2005, Kojak a toujours sa chuppa chups, sa langue bien pendue et sa boule à zéro. Mais cette fois-ci, il est Noir. C’est l’acteur Ving Rhames qui interprète le lieutenant de police intraitable.

Kojak is back and he’s black. C’est l’acteur Ving Rhames, à la carrure de déménageur et à la grosse voix, qui a repris le rôle du célèbre lieutenant new-yorkais aux méthodes musclées… Les aventures de Théo Kojak ont commencé en 1973. Il était alors interprété par Telly Savalas, crâne lisse et lunettes noires et, au début, fumait comme un pompier. Puis les cigarettes ont été remplacées par des sucettes politiquement plus correctes. Tournée jusqu’en 1978, la série est devenue culte. Telly Savalas a repris du service à la fin des années 80 pour quelques épisodes puis s’est éteint d’un cancer en 1994 à l’âge de 70 ans.

« Telly Savalas incarnait tellement le personnage de Kojak qu’il fallait trouver, pour le rôle, un acteur unique et puissant », explique Jeff Wachtel, de la chaîne câblée USA Networks. « La plupart des gens ont entendu parler de Kojak, c’était un challenge d’apporter une touche contemporaine et originale. » Ving Rhames, né en 1959 à New-York, a grandi à Harlem et fait la très prestigieuse High School for the performing Arts de la ville. Sa carrière le mène au théâtre, à la télévision, dans différentes séries, et au cinéma où il écope de seconds rôles souvent méchants. On se souvient de Marsellus Wallace, le gangster humilié du film de Quentin Tarrantino Pulp Fiction (1994). Abonné aux Missions impossibles (I, II et III) il a relevé le défi de reprendre le rôle d’un des personnages les plus attachants du petit écran. Et il est aussi co-producteur exécutif du Kojak nouvelle version.

Vision d’un homme Noir

Dès son lancement, le 25 mars dernier, sur USA Networks, le pilote de Kojak, revival a connu un très bon démarrage avec 4,5 millions de téléspectateurs devant leur poste pour le premier épisode. « Je pense que j’ai apporté des choses, en tant qu’homme noir appartenant à un groupe oppressé en Amérique et venant de Harlem où un Noir sur trois grandit dans la pauvreté, fait de la prison ou meurt à 35 ans. J’ai donné une perspective différente de la vie et j’ai montré comment les policiers se comportaient dans mon quartier », explique l’acteur. Qui précise qu’il s’est inspiré de la vie quotidienne de sa femme, qui était détective et officier de police, et souhaite « montrer ce qu’il y a derrière l’uniforme ». « J’essaie d’apprendre à mes enfants à regarder au delà de la couleur de peau. En tant qu’artiste, j’essaie de dire : ne me déterminez pas par rapport à une race ou une couleur. Ce personnage est un homme, c’est tout. »

Quant à David Person, du site BlackAmericaWeb.com, il écrit : « Grâce à Rhames, ce Kojak a de la saveur et apporte de la profondeur aux personnages de Noirs dans les séries télé. (…) C’est un personnage populaire qui, pour une fois, semble donner une vision intelligente et sensible d’un homme noir et de la vie quand on est noir. Kojak nous donnera l’occasion d’être fiers d’une série télé. » Depuis le 18 septembre, la chaîne câblée 13e Rue diffuse en France, tous les dimanches et en prime time, les aventures du détective à la sucette.