Bienvenue à La Bota, quartier d’afroéquatoriens de Quito

La Bota
La Bota

Un sourire se dessine sur le visage de Mariana Gudino lorsqu’elle évoque la valle del Chota où elle est née. La femme originaire d’Imbabura vit depuis environ 15 ans à La Bota, l’un des quartiers les plus populeux au nord de la ville.

Gudino est arrivée avec sa famille pour améliorer leur condition économique. Dans le Chota, elle survivait grâce à la culture des légumes. Toutefois, l’entreprise a cessé d’être rentable dans ce domaine et elle a choisi d’aller trouver un meilleur emploi à Quito.

Depuis quatre mois, elle travaille comme domestique dans une maison de l’avenue Gonzalez Suarez. « Je travaille de 08:00 à 16h00 et je gagne 180 $ américains ”.

La femme de 36 ans a préféré s’établir à La Bota, pour les prix modiques des loyers et parce que la plupart de ses proches del Valle vivent dans le secteur.

« Ici, je me sens comme dans mon village à cause de la présence d’Afro-Équatoriens. En plus, le climat est plus chaud que dans d’autres quartiers.  »

30% des 5 375 résidants dans le secteur est d’origine afroéquatorienne. Leur présence ne passe pas inaperçue. Une caractéristique de l’avenue La Bota, à l’entrée du quartier, c’est la Bomba, une musique qui provient des lieux de vente de CD. Sur d’autres postes, on peut également entendre de la musique tropicale: salsa, son et bachata. « C’est ce que les habitants demandent le plus« , déclare Wlady de la Cruz, un autre immigrant del Chota.

Pour sa part, Manuel Heras, l’un des plus anciens résidents du quartier, signale qu’au cours des huit dernières années, des œuvres ont été réalisées. Il dit que lorsqu’il est arrivé, il n’y avait pas d’eau potable, que les rues étaient en terre et que le service de transport était déficient. Mais depuis que l’artère principale ainsi que les ruelles ont été pavées, la circulation s’est améliorée.

De plus, les services de base ont été installés et un marché qui connait une forte affluence des clients a été construit. Les résidents disent que la clientèle augmente le dimanche.

À cela s’ajoute le travail de la Fondation Perlas Negras. Il s’agit d’un groupe de femmes afrodescendantes qui se réunissent pour produire et commercialiser de l’artisanat comme des dessus de tables, des boucles d’oreilles, des colliers, des nappes … « On fonctionne comme une micro-entreprise. L’objectif est d’aider les familles  » déclare Gudino, ancienne membre de la fondation.

Tout n’est cependant pas rose dans le quartier. Les résidents et les commerçants estiment que La Bota n’est pas sécuritaire et accusent le parc central comme point critique à cause de la concentration de délinquants. C’est là que le vendredi dernier, deux familles du quartier ont été les protagonistes d’une querelle de rue. Il y a même eu des affrontements avec la police.

Je suis inquiète pour mes enfants qui grandissent dans cette atmosphère de conflit« , déclare Margarita Rodriguez, une autre habitante.

Face à cela, le policier responsable de l’Unité de police communautaire de La Bota évoque le manque de collaboration des résidents qui ne leur permet pas de travailler de manière coordonnée. « Ils ne déposent pas de plainte par crainte des représailles et les criminels sortent vite de prison”.

Le policier affirme également qu’ils ont détecté une bande, Los Carasucia, qui intimide les habitants pendant la nuit.

Washington Fonseca, un pharmacien qui vit dans le secteur de La Bota depuis 10 ans, dit que les habitants ne sont pas organisés et que cela limite le développement dont pourrait bénéficier l’endroit. “Chacun fait ce qu’il peut. Moi, par exemple, j’organise des causeries gratuites sur la santé chaque année et je donne des médicaments aux personnes pauvres de mon quartier. «