Bénin : le journaliste Casimir Kpedjo harcelé par le pouvoir

Les autorités béninoises devraient abandonner leur enquête sur Casimir Kpedjo, rédacteur en chef du quotidien privé Nouvelle Economie, et lui permettre de rendre compte et de publier des informations sans craindre d’être harcelé ou d’être emprisonné, a déclaré aujourd’hui le Comité pour la protection des journalistes.

Le 18 avril, la police a arrêté Casimir Kpedjo chez lui, à Cotonou, la capitale économique du Bénin, et l’a maintenu au poste de police jusqu’au 23 avril, date à laquelle le procureur spécial du pays pour crimes économiques et terrorisme a accusé le journaliste d’avoir violé l’article 550 du code numérique béninois, en diffusant prétendument de fausses informations sur l’économie béninoise sur les réseaux sociaux, selon le journaliste et son avocat, Renaud Abgodjo, qui se sont tous deux entretenus avec le CPJ.

Kpedjo a été libéré plus tard le 23 avril, a déclaré Abgodjo au CPJ. Le journaliste n’a techniquement pas été accusé d’un crime, mais doit comparaître devant le tribunal ce 2 mai pour se défendre contre les accusations, a déclaré Abgodjo.

Les accusations découlent de deux articles concernant l’économie du pays, publiés dans l’édition du 17 avril de Nouvelle Economie et sur les pages Facebook du journal et du journaliste, a déclaré Abgodjo au CPJ.

Kpedjo a déclaré au CPJ que les autorités béninoises avaient confisqué son téléphone et son ordinateur, lors de son arrestation. Il a déclaré que la police avait copié les données à partir de son ordinateur et les avait ensuite renvoyées, mais n’avait pas restitué son téléphone.

« Les autorités béninoises devraient abandonner toute procédure judiciaire contre Casimir Kpedjo, retourner son téléphone et veiller à ce que les journalistes béninois puissent, en toute liberté, rapporter les nouvelles« , a déclaré Angela Quintal, coordinatrice du programme Afrique du CPJ, à Johannesburg. « Cette arrestation et cette détention sont clairement destinées à intimider Kpedjo au silence, et les procédures judiciaires en cours envoient un message effrayant selon lequel les journalistes au Bénin ne sont pas sûrs de couvrir l’économie ».

Si il est reconnue coupable, Kpedjo s’exposera à une peine maximale de six mois d’emprisonnement ou à une amende d’un million de francs CFA (1 692 USD), selon Blanche Sonon, présidente de Social Watch Benin, une organisation de défense de la justice et du développement local, qui s’est entretenue avec le CPJ.

Kpedjo a déclaré au CPJ qu’il n’avait pas été autorisé à consulter un avocat et qu’il ne pouvait plus communiquer avec sa famille pendant sa détention.

Lorsqu’il a été contacté par le CPJ, Oswald Homeky, ministre du Tourisme, de la Culture et des Sports du Bénin, qui joue également le rôle de porte-parole du gouvernement, a refusé de commenter en raison des procédures judiciaires en cours.

Le 28 avril, le Bénin a tenu des élections législatives au cours desquelles l’accès à Internet et aux services de médias sociaux a été bloqué, selon l’organisation NetBlocks pour la liberté et la gouvernance de l’Internet.