Bénin – Empoisonnement de Boni Yayi : Patrice Talon extradé de France ?

L’affaire Patrice Talon va connaître une nouvelle étape ce mercredi. La justice française examine de nouveau ce mercredi la demande d’extradition de l’homme d’affaires béninois . Patrice Talon va-t-il retourner au Bénin ?

Patrice Talon va être fixé sur son sort ce mercredi. La justice française va rendre son verdict concernant la demande d’extradition de Patrice Talon, un homme d’affaires béninois, exilé en France qui est accusé d’avoir mis en place un complot visant à empoisonner le Président Thomas Boni Yayi. La chambre d’instruction de la Cour d’appel de Paris va examiner pour la troisième fois la demande d’extradition formulée par Cotonou.

Des points à éclaircir

Lors de la précédente audience, en mai dernier, la Cour d’appel de Paris avait demandé à l’État béninois de mettre la lumière sur plusieurs points. Les compléments d’informations demandés par la Cour d’appel de Paris se résument en sept points. Il s’agit pour l’État béninois de préciser entre autres le temps et le lieu des deux infractions, les engagements pris par le gouvernement béninois en matière de peine de mort et de peine de travaux forcés, les peines encourues en remplacement par Patrice Talon au titre de chefs d’accusation, à la fois d’association de malfaiteurs et de tentative d’assassinat qui lui sont reprochés.

Le gouvernement béninois doit remettre à la justice française les rapports d’expertises toxicologiques menés par le FBI américain et le laboratoire français Toxlab sur les médicaments présentés comme ceux destinés au Président et qui auraient été manipulés en laboratoire pour les rendre particulièrement toxiques. Le gouvernement béninois doit notamment clarifier l’état d’avancement du projet de révision de la Constitution béninoise du 11 décembre 1990 et en particulier de son article 42. Il est aussi demandé de préciser si la République du Bénin est a ratifié la Convention de New-York du 10 décembre 1984, contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants.

Un verdict très attendu par les deux pays. D’autant plus que Patrice Talon doit être jugé pour deux autres affaires, à savoir une plainte à Bruxelles pour trafic d’influence, corruption et chantage dans le cadre d’un complot présumé, et une autre à Genève pour blanchiment d’argent.