Bénin : Boni Yayi échappe à un coup d’Etat

Après une tentative d’assassinat déjouée, le président du Bénin Boni Yayi échappe à un coup d’Etat. Plusieurs suspects ont été arrêtés.

Plusieurs personnes ont été interpelées à Cotonou, dans la capitale du Benin pour « tentative d’atteinte à la sûreté intérieure de l’Etat », rapporte LeTempsreel.nouvelobs.com.

« Selon les premières informations que j’ai reçues, l’idée de ce coup de force était d’empêcher le chef de l’Etat de rejoindre Cotonou après un voyage en Guinée équatoriale et instituer un régime militaire qui contraindrait le président Boni Yayi à l’exil », affirme le procureur de la République, Justin Gnenameto.

Les deux personnes accusées d’être derrière cette tentative de coup d’Etat avorté sont le colonel Pamphile Zamohoun et l’homme d’affaires Johannes Dagnon. Ces derniers sont actuellement détenus.

Tentative d’assassinat

Une tentative de coup d’Etat qui succède à une tentative d’assassinat. Boni Yayi, le chef de l’Etat du Bénin, a échappé en octobre à une tentative de meurtre. Selon les autorités policières et judiciaires, le complot a été commandité par un homme d’affaires en froid avec le président, et a été mûri à Bruxelles, en Belgique. Un ministre, un médecin et une nièce du président sont mis en cause.

Le président béninois Boni Yayi, président en exercice de l’Union africaine (UA), était l’invité de marque de l’Union européenne à Bruxelles. Durant son séjour, Patrice Talon, un richissime homme d’affaires béninois, aujourd’hui en désaccord avec Boni Yayi, prend contact avec les hommes de mains du chef de l’Etat et promet au Dr. Ibrahim Cissé, le médecin personnel du président, et à l’une de ses nièces, Zoubérath Kora-Séké, un milliard de francs CFA (1 524 490.17 euros), chacun, afin qu’ils remplacent les médicaments du président par du poison.

Le 19 octobre, les médicaments suspects sont envoyés par avion à Cotonou et récupérés par l’ancien ministre du Commerce de Boni Yayi, aujourd’hui directeur général de la Société du développement du Coton (SODECO), Moudjaidou Soumanou. Mais la nièce du chef de l’Etat, apeurée, parle du projet à sa sœur et de la proposition que Patrice Talon lui a faite. L’information remontera finalement au service des renseignements qui exhorte le président de ne pas prendre ses médicaments. Les personnes incriminées croupissent aujourd’hui en prison.

En ce qui concerne la tentative de coup d’Etat intentée contre Boni Yayi, le procureur du Bénin, chargé de l’affaire, a précisé que l’enquête se poursuit et déterminera s’il y a eu d’autres complices.