Belmadi pleure

Le milieu de terrain marseillais, Djamel Belmadi, ne fera pas le voyage de Bamako avec les Fennecs. Revenant de blessure, le meneur de jeu algérien n’a pas été retenu par le sélectionneur Rabah Madjer. Le Phocéen ne cache pas sa déception.

C’est la mort dans l’âme que le sélectionneur algérien, Rabah Madjer, a écarté Djamel Belmadi des 22 joueurs retenus pour le voyage de Bamako. L’attaquant phocéen ne cache pas sa déception de rater la Coupe d’Afrique des nations (19 janvier -10 février). Ballon d’or algérien, Djamel Belmadi tenait à participer à la grande messe africaine. A 25 ans, il a réussi à s’imposer très vite comme meneur de jeu des Fennecs. « C’est vrai que ma première sélection sous le maillot algérien a été tardive, mais les conditions de ma présence n’étaient auparavant pas réunies. Depuis le 8 octobre 2000, date de ma première sélection face à l’Angola, je peux affirmer que la fierté de porter ce maillot ne s’est jamais démentie « , confie la star marseillaise.

Droit à l’infirmerie

A l’annonce de la liste des 22 joueurs, Belmadi s’est déclaré très peiné de ne pas voir son nom y figurer. « Je suis très peiné de ne pouvoir prendre part à cette coupe d’Afrique. D’autres auraient peut-être pris des risques, mais moi j’ai été honnête avec le sélectionneur et je sais qu’il a été très compréhensif. Dans une compétition où le niveau est très élevé, on n’a pas intérêt à tricher ». Le meneur de jeu algérien a dû se rendre à l’évidence. Sa blessure contractée lors de la Coupe de la ligue (France) l’a tenu longtemps à l’écart des stades pour prétendre à une participation à des matchs de haut niveau. Les séquelles de ses blessures sont encore trop visibles. Il a repris lundi dernier les entraînements avec ses coéquipiers marseillais mais il ne foulera le gazon du vélodrome que dans trois semaines.

Partie remise. Rabah Madjer n’en doute pas : Djamel Belmadi redeviendra très vite le patron des Fennecs. C’est aussi le souhait du Marseillais.