Bamako, capitale des nouvelles technos

La Conférence régionale africaine des nouvelles technologies de l’information se tient à Bamako du 28 au 30 mai. Prélude au Sommet mondial sur la société de l’information (Genève, 2003), elle sera l’occasion de dégager une  » vision africaine  » sur la question.

Du 28 au 30 mai, la capitale malienne va vivre sous le signe des nouvelles technologies. Sous l’impulsion du président Alpha Oumar Konaré, qui va prochainement céder sa place à Amadou Toumani Touré, c’est Bamako qui accueille la Conférence régionale africaine, prélude au Sommet mondial sur la société de l’information (SMSI) prévu à Genève en 2003.

Ces deux jours de rencontres devraient permettre de dégager une  » vision africaine  » de la société de l’information, selon les mots du président sortant.  » Il y aura au moins 1 500 participants. Nous avons lancé des invitations à chaque pays africain et nous pensons que la moitié du Continent sera représentée par des ministres de la Communication et des nouvelles technologies et des délégations officielles. Nous attendons aussi des techniciens et des représentants d’ONG. C’est la première fois que la société civile africaine et le secteur privé africain se retrouvent pour ce genre de forum « , souligne Lamine Diallo, secrétaire général de la Conférence.

Maires en réseau

Du 25 au 27 mai, quinze ateliers préparatoires ont déjà permis d’aborder des thèmes généraux tels que les différentes stratégies nationales, les logiciels libres, l’accès à l’Internet.  » Lundi, 200 maires se sont réunis à Bamako pour discuter du thème Collectivités locales et NTIC « , précise Lamine Diallo. Mardi, la Conférence a été officiellement ouverte par Alpha Konaré et son homologue sénégalais, Abdoulaye Wade. Elle se clôturera par une série de recommandations, transmises au Comité préparatoire du Sommet de Genève qui se réunit en juillet prochain.

 » Le Mali s’est engagé depuis longtemps pour que l’Afrique soit mieux préparée à recevoir les NTIC « , explique Lamine Diallo.  » En février 2000, le président a mis en route le projet de connecter à Internet les 703 communes que compte le Mali. Nous sommes aujourd’hui à la recherche de partenaires pour finaliser les aspects techniques et financiers.  » La Conférence est peut-être le bon endroit pour cela.