Au Sierra Leone, le RUF libère des Casques bleus porteurs d’un ultimatum

L’enjeu des tractations entre le RUF et l’ONU, semble se focaliser sur la libération du leader, Foday Sankoh.

Les rebelles du RUF ont libéré lundi 29 casque bleu zambiens mais détiennent encore 250 soldats de la paix en Sierra Leone.

Les chanceux étaient porteurs d’un message : l’ONU a treize jours pour libérer leur leader, le caporal Foday Sankoh, prisonnier des forces légales avec la bénédiction de la communauté internationale et des parachutistes britanniques postés aux postes clés de la capitale, Freetown.

Un message que les autorité de la MINUSIL nient avoir reçu. Or la découvertes de douze corps portant uniformes et papiers d’identité de casques bleus zambiens, n’est pas sans inquiéter les représentants de la communauté internationale.

Ils ont été découvert à environ 90 kilomètres au Nord Est de la capitale, vers Rogberi Jonction, zone de combat particulièrement violents entre les troupes du Front révolutionnaire uni (RUF) et celles du gouvernement du président Kabbah.

Exécutions sommaires

En outre, l’organisation internationale se montre très prudente sur l’identité des cadavres, rappelant que nombre de rebelles se sont emparés des armes et des uniformes des forces de paix.

Dans un communiqué de l’ONU daté du 22 mai, le secrétaire général de l’ONU, Kofi Annan, a suggéré de porter le nombre des forces internationales à 16 500 hommes afin de contrer la menace qu’incarne le RUF pour la sécurité des Sierra-léonais et le processus de paix.

Il a réitéré ses exigences quant à la libération de tous les casques bleus encore retenus en otage et la collaboration inconditionnelle des combattants du RUF, pour qu’ils restituent les corps des casques bleus tués et disparus.

Des rumeurs confirmées par un général Sierra-léonais cité par l’AFP, font état de nombreux meurtres de soldats de l’ONU. Ils seraient dépouillés de leurs papiers d’identité avant d’être exécutés.