Au Nigeria, Burna Boy s’engage dans la lutte contre les violences policières

L’artiste musicien Damini Ebunoluwa Ogulu alias Burna Boy s’engage dans la lutte contre les violences policières, après la publication, le 3 octobre, d’une vidéo dénonçant la mort d’un homme tué par les membres de la Brigade spéciale de répression des vols (SARS) au Nigeria.

Après la montée des violences policières, les témoignages et la publication d’une vidéo dénonçant la mort d’un homme tué par les forces de la Brigade spéciale de répression des vols (Special Anti-Robbery Squad) ou SARS, l’artiste musicien Damini Ebunoluwa Ogulu dit Burna Boy brise le silence. Dans un communiqué de presse publié sur ses pages internet, l’artiste nigérian s’indigne contre les abus des droits de l’Homme au Nigeria et annonce la création d’une plateforme de soutien à toutes les victimes de ces violences.

« L’état de notre pays, le Nigeria, est préoccupant. Ma plus grande inquiétude dans tout cela est que le SRAS ne s’arrête pas. La question des violences policières est un problème fondamental qui concerne tous les Nigérians et êtres humains. Je salue tous les efforts de tous les activistes qui œuvrent pour la promotion de la justice qui exercent leur droit de se rassembler et de lutter pour la justice », peut-on lire dans ce document.

Vers la création d’une plateforme pour le soutien des victimes

Contrairement à d’autres artistes nigériens qui se sont arrêtés à la dénonciation et au partage des hashtags #EndSARS (« mettez fin au SARS »), Burna Boy va plus loin et annonce la création d’une plateforme à trois volets, en vue de soutenir les victimes. Selon lui, la lutte contre les violences policières et l’impunité est une affaire de tout le monde. A en croire le communiqué, cette plateforme sera axée « sur la mobilité ascendante de la communauté pour donner une voix à toutes les victimes des violences policières. Elle servira de cadre de partage et de fourniture d’informations historiques éducatives et factuelles pour donner une perspective sur les origines de la nation Nigériane et de l’Afrique ». Ainsi, à travers son association caritative, la Star de 29 ans, compte également mettre en place « une portée de soutien et d’aide aux personnes victimes des violences policières », dans son pays.

Notons que depuis des décennies, les éléments de la Brigade spéciale de répression des vols (SARS) commettent plusieurs abus des droits de l’Homme. Dans son rapport publié en 2018 sous le titre, Nigeria : Time to End Impunity, l’organisation de défense des droits de l’Homme, Amnesty Internationa,l a dévoilé que de jeunes hommes sont soumis à diverses formes de torture et de mauvais traitements infligés par des membres de cette Brigade, dans le but de leur arracher des « aveux », de les punir pour des infractions pénales qu’ils auraient commis ou pour leur extorquer de l’argent.