Au Mali, un sujet de dissertation envoie un journaliste en prison

Le parquet de la capitale Bamako a jeté en
prison un journaliste suite à un article portant sur un sujet de
dissertation de lycée à propos d’un scandale imaginaire impliquant un
président de la République et sa maîtresse.

Source CPJ

Seydina Oumar Diarra, le secrétaire de rédaction du quotidien privé
Info-Matin, a ainsi été interrogé pendant plus de trois heures, inculpé
pour offense au chef de l’état, et écroué à la prison centrale de Bamako
mercredi dernier, a déclaré Sékouba Samaké au CPJ. Le chef d’inculpation
encoure une peine allant jusqu’à un an de prison et une amende pouvant
aller jusqu’à 600 000 francs CFA (1200 dollars américains). Le professeur
de lycée a été également écroué.

« L’histoire est tellement invraisemblable qu’elle serait risible si deux
personnes n’étaient pas en prison », a déclaré Joël Simon, directeur
exécutif du CPJ. « Nous appelons les autorités à abandonner immédiatement
ces charges et à libérer de prison Diarra et le professeur ».

Dans cet article du 1er juin, Diarra interviewait le professeur et les
lycéens d’une classe de 10ème, et constatait que le sujet de la
dissertation pouvait inquiéter certains parents. Le professeur a dit à
Diarra qu’il avait donné ce sujet dans le but de faire réfléchir les
étudiants sur les questions d’ordre moral.

Le procès est prévu pour le 26 juin, a déclaré Brima Kanté, un avocat de la
défense, au CPJ. Diarra est le premier journaliste emprisonné au Mali
depuis 2003.

Le CPJ est une organisation indépendante à but non-lucratif fondée en 1981 afin d’observer et d’enquêter sur les abus commis contre la presse et
promouvoir la liberté de celle-ci à travers le monde.