Au Congo, le gouvernement s’engage à valoriser le tourisme

Arlette Soudan-Nonault, ministre du Tourisme et de l’Environnement du Congo

La célébration de la journée mondiale du Tourisme, ce 27 septembre, intéresse la République du Congo. Le gouvernement de ce pays d’Afrique Centrale, par le biais de son ministère du Tourisme et de l’Environnement, s’est dit engagé dans la promotion de ce secteur qui contribue au développement.

Valorisation du tourisme d’affaires et rural, en réduisant le taux de chômage. En tout cas, le gouvernement congolais prend l’engagement de miser aussi sur ce secteur pour accroître son revenu et créer ainsi de l’emploi à ces milliers de jeunes en chômage. Dans sa communication à l’ occasion de cette journée, Arlette Soudan-Nonault, ministre du Tourisme et de l’Environnement a indiqué que l’approche visant à faire du tourisme un levier économique est nécessaire dans l’atteinte des objectifs du développement durable.

« Notre activité touristique est actuellement axée sur le tourisme d’affaires et de congrès. Au vu de la prise d’ampleur de ces formes de tourisme et de la méconnaissance du tourisme rural par un grand public, il apparait donc nécessaire, d’une part, de sensibiliser les différentes initiatives des communautés locales d’une part. Cette approche ne peut que bénéficier à la population rurale grâce aux prestations de service fourni aux touristes ou à la création de petites entreprises communautaires. Le tourisme rural aide à corriger le déséquilibre interdépartemental et à freiner le dépeuplement des régions où s’exerce cette activité », a-t-elle déclaré dans un message sur le site du gouvernement congolais.

« Le tourisme est un pétrole qui ne trahit jamais. A nous de savoir l’exploiter »

Célébrée cette année sous le thème « Le tourisme et le développement durable », au Congo, les autorités parient sur la mise en valeur de ce secteur. Pour la ministre, « industrialiser le pays par la structuration locale du tourisme, c’est lutter contre le chômage, consolider et pérenniser la croissance économique inclusive. Tel est l’un des défis de la Marche vers le Développement (…) », ajoutant que « c’est dans cette optique que nous devons accorder une attention soutenue au développement responsable et durable du tourisme par des investissements multiformes allant de la construction des infrastructures, dans et autour des aires protégées, à la mise en valeur des sites méconnus, et cela dans l’intérêt prioritaire des populations riveraines. C’est ici plus que jamais l’occasion de le redire : le tourisme est un pétrole qui ne trahit jamais. A nous de savoir l’exploiter ».

Notons qu’en raison de la pandémie, cette  année, cette journée met en avant le rôle incomparable du tourisme pour offrir des débouchés en dehors des grandes villes et pour préserver le patrimoine culturel et naturel dans le monde entier.