Attentats de Paris : le dernier terroriste du Bataclan identifié

Les enquêteurs français ont mis un nom et un visage sur le troisième terroriste qui a frappé la salle de spectacle du Bataclan. Il s’agit de Foued Mohamed-Aggad, originaire de Strasbourg et qui faisait partie d’un groupe de jeunes partis en Syrie, fin 2013.

C’est suite à un véritable travail de fourmi, après moult recoupements, investigations et fouilles que les enquêteurs français ont mis un nom et un visage sur le troisième kamikaze ayant pris d’assaut le Bataclan au soir du 13 novembre avec ses deux complices. Son nom, Foued Mohamed-Aggad, il est originaire de Strasbourg et faisait partie d’un groupe de jeunes partis en Syrie, en fin 2013.

Selon des sources proches de l’enquête, il s’agit d’un jeune djihadiste originaire de Strasbourg (Bas-Rhin), de retour de Syrie. Des investigations de police technique et scientifique, couplées aux témoignages de proches, ont permis cette accélération de l’enquête en fin de semaine dernière. Les noms du trio, qui a mitraillé à coups de kalachnikov la foule réunie pour un concert du groupe Eagles of Death Metal, le vendredi 13 novembre, à partir de 21 h 40, faisant 90 morts et des dizaines de blessés, sont désormais connus. Les assaillants, agissant au nom de l’organisation terroriste Etat islamique, ont tous été tués par des tirs policiers ou par le souffle de l’explosion de leur gilet. Leurs corps, démembrés, étaient difficilement reconnaissables.

Le premier terroriste, Ismaël Omar Mostefaï, 29 ans, fiché dès 2010 pour radicalisation, a été identifié grâce à ses empreintes digitales relevées sur un doigt sectionné. Originaire de l’Essonne, il était fiché pour de multiples faits de délinquance. Le deuxième, Samy Amimour, un Français de 28 ans, reconnu par un spécialiste du renseignement grâce à la photo de son visage. Ses empreintes digitales ont prouvé qu’il s’agissait bien de lui.

Le nom du troisième kamikaze membre de l’équipe du Bataclan était plus difficile à trouver. C’est désormais chose faite. Foued Mohamed-Aggad est originaire de l’Est de la France. Il a aussi fait le voyage en Syrie et faisait partie d’un groupe d’une dizaine de jeunes adicalisés ayant pour la plupart quitté Strasbourg, en décembre 2013.