Attentats au Niger : quand les terroristes font monter la peur d’un cran

Le dimanche 9 août, huit personnes ont été tuées par un groupe armé dans la région de Kouré. Fait inhabituel, le drame s’est produit au cours d’une sortie touristique et a notamment fait des victimes françaises, ce qui suscite maintes inquiétudes

Les faits se sont produits dans le sud-ouest du Niger, plus précisément à Kouré. Tidjani Ibrahim Katiella, gouverneur de Tillabéri, a confié à l’Agence France-Presse qu’« il y a huit morts : deux Nigériens, dont un guide [touristique] et un chauffeur, les six autres sont des Français ». La confirmation du décès de ressortissants français dans cette attaque a été confirmée par Paris, même si aucune précision n’a été donnée quant au nombre de victimes. Ce qui est certain en revanche, c’est que les six victimes françaises étaient des humanitaires travaillant pour l’ONG Acted.

L’organisation non gouvernementale a donc décidé de porter plainte dans les jours à venir. La déclaration de Me Joseph Breham, avocat de l’ONG, était sans équivoque. Pour lui, il est question de « déposer une plainte pénale pour que soit éclairci ce qui s’est passé, pour que les familles sachent ce qui s’est passé précisément, si c’est une attaque d’opportunité, est-ce que c’était planifié, est-ce que c’est quelque chose qui risque d’arriver de nouveau ».

L’orage dans un ciel serein

Les propos de Me Breham sont tout sauf anecdotiques. En effet, un détail paradoxal est quand même à signaler à propos de cette attaque. Pour une fois, les terroristes ont décidé de cibler Kouré, région habituellement calme et qui accueille assez souvent des personnalités. Comme l’a fait remarquer Marie-Pierre Caley, la directrice d’Acted, Kouré, la localité où a eu lieu l’attaque, est à priori une « zone jaune », donc exempte de risques, tandis que tout le reste du Niger est rouge ou orange dans le meilleur des cas. On pouvait donc s’attendre à tout sauf une attaque dans cette région. Dès lors, se pose une épineuse question. Cet attentat est-il un acte isolé ou les habitants de Kouré doivent-ils à leur tour vivre dans la peur ? Là réside toute l’inconnue.

Quoiqu’il en soit, cette nouvelle attaque vient rallonger la liste des nombreux actes terroristes qui, outre le Niger, frappent notamment le Mali. La semaine dernière, une attaque dans le centre du pays contre les forces armées maliennes a fait 5 morts et de nombreux dégâts matériels.