Attaques terroristes au Burkina Faso : 29 morts

Dans la journée du dimanche 8 septembre, deux attaques terroristes ont tué au moins 29 personnes dans la province du Sanmatenga au nord du Burkina Faso.

Deux attaques terroristes se sont déroulées dans la journée du dimanche au Burkina-Faso, perpétrées par des individus armés et non identifiés. La première s’est déroulée sur l’axe Barshlogho Guindbila à environ 170 km au nord de Ouagadougou, a déclaré Remy Dandjinou, porte-parole du gouvernement dans un communiqué : « Ce dimanche 8 septembre, un camion de transport a sauté sur un engin explosif improvisé sur l’axe Barsalogho-Guendbila dans la province du Sanmatenga. Le bilan provisoire fait état de quinze morts et de six blessés qui ont été évacués dans les centres de santé pour une prise en charge appropriée ».Les victimes seraient principalement des commerçants.

Le second attentat a visé des véhicules de transport de marchandises, principalement des motos tricycles, du Programme Alimentaire Mondial destiné aux populations locales déplacées de Dablo et Kelbo.

Aux environs de 19 h 30, ce 8 septembre 2019, une patrouille de détachement militaire de Bahn, dans le nord du pays, est tombée dans une embuscade et quatre soldats ont été blessés.

Le gouvernement a envoyé des renforts militaires pour un ratissage, mais aussi pour demander aux populations locales de se conformer aux directives sécuritaires. D’après les propos de Remy Dandjinou, le gouvernement va mettre davantage de moyens en œuvre pour assurer la sécurité des convois humanitaires dans les zones touchées par des attaques.

Rappelons que les attaques ont débuté dans le nord du pays avant de viser la capitale Ouagadougou et d’autres régions, notamment l’est du pays. Les violences intercommunautaires et les attaques de groupes armés ont contraint des dizaines de milliers de personnes à quitter leur domicile au cours des derniers mois et ont fait plusieurs centaines de morts, ces dernières années.

Lire aussi : La dégradation de la sécurité au Burkina Faso risque de déstabiliser le Ghana, le Togo et le Bénin