Attaqués en RDC : les casques bleus de l’Onu prêts à une riposte armée

Les combats entre l’armée congolaise et les rebelles du M23 se poursuivent au nord de Goma, dans le nord-Kivu, à l’est de la République démocratique du Congo (RDC). Ces affrontements, qui ont repris dimanche, ont déjà fait plus de 200 morts. Face à l’intensification des violences autour de la localité stratégique de Goma, l’Onu s’est dit prête à déployer une armée pour mettre un terme à l’avancée de la rébellion.

Les combats font toujours rage entre l’armée congolaise et les rebelles du M23 au nord de Goma, dans le nord-Kivu, à l’est de la République démocratique du Congo (RDC). Il y a déjà eu 200 morts depuis la reprise des affrontements dimanche à Mutaho, près de Goma, entre les deux parties. Face à l’avancée des rebelles dans la ville stratégique de Goma, l’Onu s’est dit prête à déployer une force armée pour ralentir les assaillants, rapporte France 24. En novembre 2012, la localité est tombée entre les mains du M23 qui avait fait subir une lourde défaite à l’armée congolaise, alors même que cette dernière était soutenue par l’Onu. La rébellion a finalement accepté de quitter la ville en échange de l’ouverture de négociations avec le gouvernement de Laurent-Désiré Kabila.

La Monusco sur ses gardes

L’Onu est particulièrement sur ses gardes. Surtout depuis que les casques bleus de la mission de l’Onu en RDC (Munuso) ont été attaqués dimanche après-midi par les rebelles ougandais des Forces alliées démocratiques (ADF) qui seraient, selon nos sources, accompagnés des islamistes somaliens shebabs, qui sèment la terreur dans le nord-Kivu. Les soldats de la Monusco étaient en patrouille sur l’axe Mbau-Kamango, dans le territoire de Béni, quand deux véhicules et un de leur blindé sont tombés dans une embuscade tendue par les assaillants présents dans cette zone. Une information confirmée par les responsables du premier secteur des Forces armées de la RDC.

La Monusco est régulièrement critiquée par la population congolaise qui l’accuse de manquer d’efficacité pour la protéger contre les différents groupes rebelles en RDC. Ces derniers pillent, violent et torturent systématiquement les populations, dans l’impunité la plus totale.