Attaque de la flottille de la paix à Gaza : la Ligue arabe mobilisée

La Ligue arabe se réunit mardi au siège de l’organisation au Caire pour définir une ligne commune après l’attaque meurtrière de la flottille qui venait apporter de l’aide humanitaire au peuple gazaoui soumis à un blocus par Israël. De Rabat au Caire en passant par Alger, dirigeants et journaux arabes ont tous fustigé cette opération qu’ils condamnent fermement.

Les 21 pays membres de la Ligue arabe devaient se réunir mardi au siège de l’organisation au Caire à 18 heures locales (15h GMT) pour adopter une réponse commune après le raid de l’armée israélienne qui s’est soldé par la mort d’au moins 19 militants pro-palestiniens. Parler d’une seule voix va être un exercice délicat entre pays résolument hostiles à Israël et d’autres plus modérés. Le secrétaire général de la Ligue arabe Amr Moussa estime que le sanglant abordage est un « message très fort d’Israël signifiant qu’il ne veut pas la paix ».

Environ 50 des 671 militants humanitaires qui se trouvaient à bord de la flottille de Free Gaza (la liberté pour Gaza) ont été expulsés mardi par les autorités israéliennes. Les autres sont toujours en détention dans des prisons israéliennes. « Aucun contact n’a été établi avec les 32 Algériens », a déclaré Abderrahmane Saïdi, coordinateur de la cellule de crise en Algérie à TSA. Selon lui, « aucun membre de notre délégation n’a été libéré ». Deux Algériens auraient été tués lors du raid, affirme un membre de la Campagne civile internationale pour la protection du peuple palestinien cité par le Monde.fr.

L’Egypte a décidé mardi d’ouvrir le terminal frontalier de Rafah, l’unique point d’accès à Gaza qui n’est pas contrôlé par Israël, a annoncé la chaîne de télévision Al-Jazeera. Cette ouverture va permettre d’acheminer des vivres vers les Palestiniens de Gaza.

Une condamnation unanime

Les journaux arabes n’ont pas de mots assez forts pour condamner ce qu’El Watan appelle « l’expression de la sauvagerie israélienne ». La Tribune parle d’une « pure action de piratage », soulignant que « les membres du mouvement Free Gaza ont été attaqués dans les eaux internationales », au mépris de l’article deux de la convention de Genève.

L’Algérie a réprouvé « de la manière la plus énergique » par la voix de son ministre des Affaires étrangères cette « lâche et criminelle agression ». Alger appelle à une « réaction vigoureuse et unanime de la communauté internationale, y compris au niveau du Conseil de sécurité des Nations unies, pour condamner, de la manière la plus ferme, cet acte sanglant de piraterie ». Le secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon s’était d’ailleurs dit « choqué », lundi à Kampala par le raid israélien et a réclamé une enquête impartiale.

Le front des forces socialistes (FFS) algérienens a qualifié ce raid d’ « abject ». Pour le FFS qui a rappelé sa solidarité avec le peuple palestinien, « se taire devant ce crime est une lâcheté aux conséquences incalculables ». Le président égyptien Hosni Moubarak a quant à lui dénoncé un « usage excessif de la force », suivi par le Royaume du Maroc qui a fustigé cette « ignoble agression », selon les termes du ministre des Affaires étrangères et de la Coopération Taib Fassi Fihri. « Cette attaque est insensée, injustifiée et inacceptable sur les plans politique, diplomatique et humanitaire», a-t-il ajouté, rappelant que «cette caravane est humanitaire et vise à soutenir les frères palestiniens à Gaza, soumis à un blocus». La fondation Kadhafi pour le développement estime que ce « crime honteux » prouve que l’Etat d’Israël « défie la communauté mondiale et le droit international ».

Manifestations de solidarité

Des manifestations spontanées ont essaimé tant à Gaza qu’en Europe ou en Afrique. Plusieurs centaines de personnes ont ainsi défilé lundi à Nouakchott, pour fustiger « la barbarie des sionistes. » Dans les rangs, on comptait aussi bien des membres de la majorité que de l’opposition. Ils ont convergé vers le siège des Nations unies, dans le centre de Nouakchott. Ils entendaient « condamner la barbarie des sionistes qui s’attaquent aux civils désarmés avec une bestialité sans égal ».

Le Collectif marocain d’action nationale pour le soutien au peuple palestinien et à l’Irak a organisé lundi soir à Rabat une manifestation de solidarité avec le convoi humanitaire. La fondation Kadhafi pour le développement a quant à elle invité toutes les organisations de la société civile et les autres mouvements de jeunesse à manifester, pour montrer leur solidarité avec le peuple palestinien et permettre le libre accès des aides humanitaires à la bande de Gaza.

Malgré toutes ces condamnations, Israël a averti qu’il empêcherait tout navire humanitaire de forcer le blocus qu’il impose à Gaza, tandis que Free Gaza a fait part de son intention d’envoyer de nouveaux bateaux d’aides.