Athlétisme : les records mondiaux du Kenya

Peres Jepchirchir

Les athlètes kényans détiennent pas moins de 21 records du monde en course de moyenne et longue distance du 800 m au marathon. Les marques de tous les temps sont les hommes : 800 m, 3 000 m (intérieur et extérieur), 1 000 m, 10 km, 15 km, 21 km, 30 km et 42 km, tandis que les femmes survolent un record féminin de 10 km, 15 km, 21 km et 42 km.

Dans cette poudre à canon, cinq hommes, Daniel Kipng’etich Komen, Yobes Ondieki, Moses Kiptanui, Moses Tanui et Eliud Kipchoge, se démarquent. Ils ont émergé comme des briseurs de barrière dans leurs records du monde. Komen détient les 2 records du monde du 3 000 mètres depuis 1996 et 1998, tandis que Kiptanui a été le premier homme à courir 3 000 m steeple en moins de 8 minutes.

Ondieki est entré dans l’histoire comme le premier homme à courir 10 000 m en moins de 27 minutes, alors que Tanui a été le premier athlète masculin à courir un semi-marathon en moins d’une heure. Kipchoge a stupéfié le monde en réalisant un record de 1h59m41s au Challenge Ineos à Vienne en Autriche, l’année dernière, pour devenir le seul homme à courir un marathon en moins de deux heures. Mais David Rudisha, Moses Kiptanui, feu Ben Jipcho et Peres Jepchirchir se sont aventurés dans un autre domaine distinctif en battant leurs propres records.

Jepchirchir, qui a établi un nouveau record du monde de 21 km réservé aux femmes en Pologne en octobre, a parcouru un long chemin. Malgré un terrain de 21 km sans doute le plus fort de tous les temps, Jepchirchir est devenue la quatrième femme à remporter plusieurs fois les championnats du monde de semi-marathon du monde d’athlétisme. Elle a devancé l’allemande Melat Kejeta et l’Éthiopienne Yalemzerf Yehualaw pour gagner à Gdynia, en Pologne, en 65m16s, un nouveau record du monde pour une course féminine. C’était la deuxième fois qu’elle battait ce record en autant de mois (elle a couru 65m34s à Prague le 5 septembre). Jepchirchir a également remporté la moitié du mondial à Cardiff en 2016.

Jepchirchir, qui s’entraîne à Kapsabet sous la direction du manager italien Gianni Demadona, est l’une des quatre femmes engagées à avoir battu le record du monde (féminin uniquement ou général) au cours des quatre dernières années, et, surtout, elle était la seule à rester sur pieds pour la durée de la course.

Il y a quatre ans, Peres Jepchirchir était la meilleure semi-marathonienne du monde, remportant le titre du demi-titre mondial en 2016 et ajoutant le record du monde à son CV, au RAK, en 2017. Elle est tombée enceinte par la suite et a raté le reste de 2017 et presque toute l’année 2018 en prenant soin de son bébé.

En octobre 2019, elle s’est montrée prometteuse en exécutant 66m54s, à Lisbonne, et cette année, elle a prouvé qu’elle était de retour à son meilleur niveau, établissant deux records du monde réservés aux femmes et détruisant un peloton chargé à Gdynia, en Pologne, en octobre. À 27 ans, elle serait certainement aux JO de Tokyo, en 2021. Elle a remporté le Marathon de Valence avec un record de course le mois dernier.

Daniel Kipng’etich Komen
Moses Kiptanui
Eliud Kipchoge

Les plus grands kényans se tiennent simplement sur la même longueur d’onde aux côtés de l’athlète mondial masculin de l’année récemment couronné Mondo Duplantis, rappelant les folles performances de Michael Johnson, Usain Bolt, l’Éthiopien Haile Gebrselassie et Kenenisa Bekele.

Les 11 records kényans chez les hommes

  • 800 m – David Rudisha (Jeux olympiques Londres) 1min 40s91 (28,54 km/h), 9 août 2012
  • 1 000 m – Noah Ngeny (Meeting de Rieti) 2min11s96 (27,28 km/h), 5 septembre 1999
  • 3 000 m – Daniel Komen (Meeting de Rieti) 7min20s 67 (24,51 km/h), 1er septembre 1996
  • 25 000 m (piste) – Moses Mosop (Prefontaine Classic d’Eugène) 1h12min25s (20,71 km/h), 3 juin 2011
  • 30 000 m (piste) – Moses Mosop (Prefontaine Classic d’Eugène) 1h26min47s (20,74 km/h), 3 juin 2011
  • 10 km (route) – Rhonex Kipruto (10K Valencia Ibercaja) 26min24s (22,73 km/h), 12 janvier 2020
  • Semi-marathon – Kibiwott Kandie (Semi-marathon de Valence) 57min32, 6 décembre 2020
  • Marathon – Eliud Kipchoge (Marathon de Berlin) 2h1min39s (20,81 km/h), 16 septembre 2018
  • Relais Ekiden –Josephat Ndambiri, Martin Mathathi, Daniel Mwangi, Mekubo Mogusu, Onesmus Nyerre et John Kariuki (Chiba) 1h57min06s (21,62 km/h), 23 novembre 2005
  • 4 × 800 m – Joseph Mutua, William Yiampoy, Ismael Kombich, Wilfred Bungei (Mémorial Van Damme de Bruxelles) 7min2s43, 25 août 2006
  • 4 × 1 500 m – Collins Cheboi, Silas Kiplagat, James Kiplagat Magut, Asbel Kiprop (Relais mondiaux de Nassau) 14min22s22, 25 mai 2014

 

Les 10 records kényans chez les femmes

  • 3 000 m steeple – Beatrice Chepkoech (Meeting Herculis de Monaco) 8min44s32 (20,60 km/h), 20 juillet 2018
  • 20 000 m – Tegla Loroupe (Borgholzhausen) 1h5min26s (18,34 km/h), 3 septembre 2000
  • 25 000 m – Tegla Loroupe (Mengerskirchen) (17,22 km/h) 1h27min5s, 21 septembre 2002
  • 30 000 m- Tegla Loroupe (Warstein) 1h45min50s (17,01 km/h), 7 juin 2003
  • 5 km (route) – Caroline Chepkoech Kipkirui (Prague) 14min48s (20,27 km/h) 8 septembre 2018
  • 10 km – Joyciline Jepkosgei (Prague Grand Prix de Prague) 29min43s (20,19 km/h) 9 septembre 2017
  • Marathon – Brigid Kosgei (Marathon de Chicago) 2h14mi 04s (18,88 km/h)  13 octobre 2019
  • Marathon – Mary Keitany (Marathon de Londres) 2h17min01s (18,48 km/h), 23 avril 2017
  • Semi-marathon- Peres Jepchirchir (Gdynia), 1h05min16s, 2020
  • 4 × 1 500 m – Mercy Cherono, Faith Chepngetich Kipyegon, Hellen Onsando Obiri, Irene Jelagat (Relais mondiaux de l’IAAF 2014 de Nassau) 16min33s58, 24 mai 2014