Athlétisme : l’Afrique toujours plus forte

Du 23 au 31 août 2003 se déroulent à Paris Saint-Denis les Championnats du monde d’athlétisme. L’occasion pour les athlètes du continent africain de faire briller leurs couleurs. Alors que débute la neuvième édition de cette grande manifestation, retour sur les résultats passés des pays africains.

Lors de la première édition des Championnats du monde d’athlétisme, qui s’était déroulée en 1983 à Helsinki (Finlande), les pays africains avaient fait des débuts timides. L’Ethiopie (une médaille d’argent), le Nigeria et le Maroc (une médaille de bronze chacun) avaient cependant réussi à faire apparaître le continent sur la scène internationale. C’est dans l’édition suivante, à Rome en 1987, que l’Afrique s’affirmera vraiment comme une puissance de l’athlétisme. Nos athlètes avaient alors ramassé cinq médailles d’or, trustant tous les titres masculins du 800 mètres au marathon. Les Kenyans Konchellah sur 800 mètres, Kipkoech sur 10 000 et Wakihuri au Marathon font entrer leur pays dans l’histoire des courses. Des succès complétés par les victoires du Somalien Abdi Bile sur le 1 500 m et du Marocain Saïd Aouita sur 5 000 m.

Mainmise sur le demi-fond

Cette suprématie kényane continuera en 1991 à Tokyo, avec huit médailles dont quatre d’or (800 m, 5 000 m, 10 000 m et 3 000 m steeple), puis en 1993 à Stuttgart, avec dix médailles dont trois d’or (800 m, 5 000 m et 3 000 m steeple). Dès 1991, d’autres nations émergent. En premier lieu l’Algérie qui apporte la première médaille d’or féminine par Boulmerka sur le 1 500 m et qui possède un champion d’exception avec Noureddine Morceli qui remportera le titre sur le 1 500 m en 1991, 1993 et 1995.

En 1993 à Athènes, on verra aussi l’apparition le deux grands champions, l’Ethiopien Haile Gebreselassie, vainqueur sur 10 000 m, et la Mozambicaine Maria Mutola titrée sur le 800 m (elle récidivera en 2001). Le Kenya reste pourtant la nation forte de l’athlétisme africain et 1995 voit aussi la première des trois victoires de Wilson Kipteker, Kenyan naturalisé danois.

Afrique noire contre Maghreb

1997 marquera l’arrivée du Maroc sur la scène internationale avec Hicham el Guerrouj (médaillé d’or en 97, 99 et 2001) et la coureuse Nezha Bidouane, première médaille d’or du continent sur le 400 m haies.

Séville en 1999 verra notamment la quatrième victoire consécutive de Gebreselassie sur 10 000 m et 2001 à Edmonton confirmera la domination de moins en moins partagée de l’Afrique sur le fond et demi-fond puisque sur les 18 médailles masculines distribuées sur les distances du 800 m au marathon, seules 4 échapperont aux représentants africains.

Donc pour cette année, tous les espoirs sont permis et il est à parier que nos représentants feront mieux que les 22 médailles de 2001. Une chose est sûre, entre Kenyans et Ethiopiens d’un côté, Marocains et Algériens de l’autre, la lutte sera chaude.

Visiter le site des 9èmes Championnats.