Assassinat du vice-président de l’Assemblée de Kinshasa

Le premier vice- président de l’Assemblée provinciale de la ville de Kinshasa, Daniel Boteti, a été assassiné dimanche matin par quatre hommes armés dont deux en tenue militaire, a annoncé le même jour sur les antennes de la Radiotélévision nationales congolaise (RTNC), le président de l’Assemblée provinciale, Roger Nsingi.

Selon Nsingi, feu Boteti revenait, à bord de son véhicule, d’une réception, en compagnie de son garde du corps lorsqu’il s’est trouvé face à deux grosses pierres bloquant la voie sur l’avenue menant chez lui. L’un des assaillants s’est alors mis à tirer, atteignant M. Boteti de deux balles, au bras droit et au bas du cou.

L’Inspecteur provincial de la Police nationale congolaise (PNC) pour la ville de Kinshasa, le général Jean De Dieu Oleko, a annoncé l’arrestation de deux des assaillants, dans son compte rendu, sur les antennes de la RTNC, de la réunion du Conseil de sécurité provincial dirigée par le gouverneur de la ville de Kinshasa, André Kimbuta Yango.

Selon le général Oleko, c’est au même endroit où fut agressé et grièvement blessé dernièrement le député national Adolphe Onosumba, ainsi que le colonel Zébédée Kasangana, Secrétaire général aux Anciens combattants.

De Lubumbashi, au Katanga, où il est en visite de travail, le chef de l’Etat congolais, Joseph Kabila, aussitôt informé de cet assassinat, a ordonné la mise en place de toutes les procédures devant conduire à l’arrestation des malfrats et de les traduire devant les juridictions compétentes.